Patrick Bloche était l’un des rapporteurs de la proposition de loi sur le pacs. Il a aussi vécu, toujours comme député, les débats sur le mariage. Voici la comparaison qu’il effectuait, pour Yagg, en avril 2013:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Patrick Bloche: «J’ai vécu le mariage pour tous comme le pacs il y a 14 ans»

Il y a cinq ans, pour les 10 ans du pacs, nous avions interviewé Patrick Bloche mais aussi le juriste Daniel Borrillo et Noël Mamère. «Des débuts difficiles (le fameux vendredi noir de 1998 qui a fait échouer le vote) aux débats houleux (attaques répétées contre les homosexuels de la part de certains parlementaires) jusqu’au vote, nous vous proposons de vous replonger dans l’histoire de cette avancée décisive dans la lutte des droits des homosexuels, écrivions-nous à l’époque. Une simple étape pour ces trois hommes, qui veulent désormais aller plus loin: jusqu’au mariage.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Retour sur les 10 ans du Pacs

Au fil des années, le pacs s’est banalisé, comme l’écrit 20 minutes, qui souligne que plusieurs opposants de l’époque – dont Nicolas Sarkozy – ont depuis changé d’avis. Car au moment des débats, une seule voix à droite s’est élevée pour le Pacs, celle de Roselyne Bachelot. «Au fur et à mesure qu’a monté la discussion, racontait-elle au Monde.fr en 2012, l’opinion publique s’en est emparée et j’ai été l’objet de démonstrations affectives, soit dans le rejet, soit dans l’affection, qui m’ont mise dans un état émotionnel très fort. (…) Au sein de ma famille politique, j’ai été traduite devant un véritable tribunal populaire dans ma circonscription. (…) De la part de mes collègues députés, évidemment j’ai été très isolée, et à partir d’ailleurs de ce moment-là, j’ai reçu des milliers de lettres (…) de soutien formidables, très belles, et aussi des lettres d’injures absolument insensées.»

Le discours de Roselyne Bachelot le 7 novembre 1998:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Roselyne Bachelot discours sur le pacs, 07-11-1998

Aujourd’hui, le pacs représente 41% des unions, rappelle Le Figaro.fr dans une infographie. Il peut, depuis 2012, être enregistré par un notaire.

«La droite devrait être le défenseur du mariage pour tous, estimait aussi Roselyne Bachelot dans l’interview citée plus haut. Finalement la droite, qui souhaite structurer la société à travers un certain nombre de procédures pour la stabiliser, devrait être la militante de cela, et a contrario la gauche, qui a une forte tradition d’union libre, de refus de tout ce qui peut venir de structures d’Ancien Régime, disons le mot, se bat pour le mariage pour tous.» Et pourtant, les candidats à la présidence de l’UMP espèrent encore pouvoir abroger ou tout du moins réécrire la loi Taubira.

Lire aussi:
Rétroviseur: Le pacs comme si vous y étiez (encore)
Le pacs comme si vous y étiez (2): la manif anti-pacs, racontée par Cécile Lhuillier d’Act Up-Paris

Illustration Fabien Guenot