[mise à jour, 14 novembre] Ajout de la date de convocation et du vœu de la municipalité.

Plusieurs parents d’élèves de l’école Paul Langevin de Fontenay-sous-Bois, dans le Val de Marne, ont organisé, au nom de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) mais sans son accord, une réunion sur la «théorie du genre», rapporte Rue89. Ces mêmes parents avaient déjà appelé à des «journées de retrait de l’école» (JRE).

La présidente du conseil local de la FPCE 94, Stéphanie Michel, a donc pris la décision de les exclure. Depuis, elle est victime de menaces et d’insultes, et sa voiture a été vandalisée. Deux des trois parents concernés ont porté plainte pour diffamation, leur exclusion ayant été annoncée sur le panneau d’affichage de l’école. Stéphanie Michel est convoquée le 8 décembre pour une première comparution. Elle a aussi porté plainte, pour harcèlement.

Un comité de soutien s’est mis en place et une pétition a été lancée avec le soutien de la FCPE 94, de la Ligue des droits de l’Homme, du maire PCF de Fontenay-sous-Bois Jean-François Voguet, de la députée EELV Laurence Abeille, de l’Union des familles laïques (Ufal) et de plusieurs représentations locales de partis et syndicats. Un vœu pour défendre Stéphanie Michel a été adopté par le conseil municipal le 13 novembre, rapporte Le Parisien.

Les trois parents d’élèves, eux, sont soutenus par la «Fédération autonome de parents engagés et courageux» de Farida Belghoul.

Selon Rue89, Stéphanie Michel a reçu des dizaines de courriels et de SMS, contenant des propos comme «sac à merde», «on vous laissera pas faire» ou «vous savez très bien que la théorie du genre existe». Le Salon beige, site d’extrême droite, aurait également publié les coordonnées de la présidente de la FCPE 94. Rue89 indique aussi que parmi les parents écartés de la FCPE se trouve une enseignante radiée de l’Éducation nationale pour «prosélytisme» et que l’un des auteurs des SMS de menaces serait proche de la «Manif pour tous».

Photo Détail de l’affiche de la FCPE 94