«Suceuses du Quatar», «va sucer ton ancien PD de maire bertrand delanoé», «on rafale tous les PD sans calibre»: ces insultes homophobes et bien d’autres encore ont été adressées au Paris Foot Gay (PFG) sur les réseaux sociaux. «On atteint le fond du fond de l’homophobie», déplore le président de l’organisation, Jacques Lizé. D’après l’association, ces réactions émanent de «pseudo-supporters de l’Olympique de Marseille» mécontent.e.s que «l’homophobie décomplexée» de certain.e.s supporters ait été dénoncée. Dans un communiqué, le PFG a indiqué qu’il avait porté plainte contre X avec constats d’huissier ce samedi 8 novembre pour injures publiques en raison de l’orientation sexuelle et incitation à la haine et violence envers un groupe de personnes déterminées. L’adjointe à la maire de Paris Hélène Bidard a également saisi le procureur de la République.

Un soutien qui n’est toutefois pas aussi large que ce que souhaitait initialement Jacques Lizé. Dans une vidéo publiée sur Facebook mais désormais supprimée, le très populaire «humoriste» Bengous avait invité chacun.e à traiter les joueurs de Saint-Étienne et leurs supporters de «PD». Quand le PFG a demandé au club stéphanois ainsi qu’à la Ligue de football professionnel de se porter partie civile contre cette vidéo, l’association n’a «pas eu le moindre signe de vie». Pour ne pas «se substituer» aux victimes de ces insultes, le PFG se contente donc de porter devant la justice les attaques dont il fait directement l’objet. Dans une interview publiée ce samedi 8 novembre par Le Parisien, Bengous a précisé qu’il ne comprend pas «pourquoi le Paris Foot Gay s’est enflammé».

L’association a profité de cette cristallisation de violence pour rappeler qu’il y a plusieurs mois, des parlementaires communistes et socialistes ont élaboré des propositions de résolution pour lutter contre l’homophobie dans le sport. Une pétition signée par plus de 24000 personnes afin que ces textes soient mis à l’ordre du jour a été adressée à Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale. L’Inter-LGBT et la Fédération sportive gaie et lesbienne ont apporté leur soutien au Paris Foot Gay dans un communiqué.

Photo Capture