Mis en cause par une tribune des élu.e.s socialistes de Versailles, Fabien Bouglé, proche de la «Manif pour tous», était accusé d’avoir réclamé le contrôle de l’orientation sexuelle des animateurs/trices embauché.e.s par la ville (lire À Versailles, des élu.e.s accusé.e.s d’avoir réclamé le contrôle de l’orientation sexuelle des animateurs périscolaires). Les propos qui lui étaient attribués n’ont en réalité pas été tenus, mais pour l’Inter-LGBT, ceux que l’élu a réellement prononcés sont en réalité pires.

«J’ai ensuite demandé quelle mesure serait prise pour éviter l’infiltration du lobby LGBT dans le personnel d’animation, expliquait Fabien Bouglé à Yagg il y a quelques jours. J’ai demandé cela dans le cadre du devoir de neutralité de l’école publique et privée. Je suis pour la liberté de chacun, mais je défends aussi les enfants.»

«À moins qu’une demande soit faite lors des entretiens d’embauche au sujet de l’orientation sexuelle des futur-e-s animateurs et animatrices, ce qui est parfaitement illégal, l’Inter-LGBT se demande bien comment ce monsieur compte faire pour s’assurer de ce “contrôle”?», s’indigne l’interassociative dans un communiqué. Et «de quoi ou de qui faudrait-il défendre les enfants», s’interroge-t-elle aussi.

Une autre déclaration, publiée dans le magazine municipal du mois dernier par Fabien Bouglé et l’autre membre du groupe Versailles Familles Avenir au conseil municipal de Versailles, Valérie d’Aubigny, et relevée par Yagg dans le même article, fait réagir l’Inter-LGBT: «Dès lors que l’on considère comme légales des situations inacceptables, il est logique de vouloir en faire la propagande dans les écoles afin de normaliser une situation contraire aux bonnes mœurs», estimaient les élu.e.s.

«Non, l’orientation sexuelle des individus ne saurait être considérée comme inacceptable ou contraire aux bonnes mœurs, et (…) la République, dont [M. Bouglé] est un élu, a consacré la légalité des couples de même sexe, rappelle l’Inter-LGBT.

«Oui, considérer comme anormale l’homosexualité est homophobe. Non, aucune intervention d’association ne mettra en danger un enfant ou ne le fera devenir homosexuel.

«Cela peut simplement l’aider à mieux vivre et mieux réussir sa scolarité, en particulier s’il/elle subit des violences en raison de son homosexualité réelle ou supposée. Si M. Bouglé ne sait pas que l’insulte vedette dans les cours d’école est “PD”, il devrait s’y rendre plus souvent. Oui, ces interventions sont importantes et servent à prévenir les violences et à informer. Parce que les enfants homosexuels ont envie, eux aussi, d’être tranquilles à l’école, et de ne pas se faire insulter, frapper…»

L’interassociative en profite pour préciser «le principe des interventions en milieu scolaire des associations agréées» que selon elle Fabien Bouglé semble méconnaître: «venir en appui aux enseignant.e.s, sur des thématiques aussi larges que l’écologie, le racisme, la contraception…»

Photo Versailles Familles Avenir