Un quart de Vertigo d’Alfred Hitchcock, un cinquième de Talons aiguilles de Pedro Almodoovar, une bonne dose de Lolita malgré moi de Mark Waters ou de la BD Mauvais Genre de Chloé Cruchaudet, une pincée de Conchita Wurst… L’hebdomadaire décortique les ingrédients qui font du film de François Ozon, Une nouvelle amie, ce qu’il est. Et c’est assez bien vu.

À lire sur le site de Télérama, sans oublier de cliquer sur chaque référence pour en lire l’explication.