[mise à jour, 16h] Ajout d’un lien vers l’interview de Benjamin Parent et le court-métrage

Présidente de la «Manif pour tous Loire-Atlantique», France de Lantivy s’est illustrée il y a deux mois par un courrier envoyé à 1048 directeurs/trices d’établissement leur intimant de ne pas évoquer de sujets liés à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre. À l’annonce de la diffusion du court-métrage Ce n’est pas un film de cow-boys, réalisé par Benjamin Parent, auprès de lycéen.ne.s, elle a réagi par un nouveau courrier, adressé cette fois aux responsables de l’enseignement catholique.

«Nous nous battons pour que les sexes homme-femme et fille-garçon soient respectés en tant que complémentarité, et pas indifférenciés, a-t-elle déclaré au micro de France Bleu Loire Océan (à partir de 2’40). Un film qui présente l’homosexualité à des enfants, c’est un risque de confusion.» Dans cette œuvre, qui a reçu la Queer Palm du court-métrage en 2012, le personnage de Vincent raconte à son camarade Moussa la trame du film qu’il a vu la veille à la télévision: Brokeback Mountain.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Ce n’est pas un film de cow-boys – Bande-annonce

Directeur de l’enseignement catholique de Loire-Atlantique, Hervé Bonamy a indiqué à France Bleu Loire Océan qu’il accorde une confiance pleine et entière au «professionnalisme des enseignants auprès des jeunes». Pour l’instant, seuls des lycéen.ne.s issu.e.s d’établissements publics sont inscrit.e.s pour assister à la projection du film. La diffusion de ce type d’œuvres a pourtant une utilité pédagogique, comme en avait témoigné une enseignante après la diffusion de Tomboy.

Contacté par Yagg, Benjamin Parent s’est dit «fier» d’être «la cible de la “Manif pour tous”». Il a d’ailleurs rendu public le court-métrage en le diffusant en ligne.

Pour la «Manif pour tous» et ses corollaires, l’orientation sexuelle et l’identité de genre sont des sujets tabous qui ne doivent pas être abordés dans les établissements scolaires. La Confédération nationale des associations familiales catholiques s’est attaquée à la présence de la Ligne Azur à l’école et à Versailles, un mouvement proche de la «Manif pour tous» veut contrôler  l’orientation sexuelle des animateurs/trices scolaires.