Diffusée ce dimanche 28 septembre peu après 11h sur Twitter par les organisateurs/trices de la Pride de Belgrade, la photo ci-dessus revêt un caractère exceptionnel puisque c’est la première fois depuis 2010 qu’une manifestation de ce type a lieu en Serbie. Cette année-là, les attaques perpétrées par des extrémistes ont fait plus de 150 blessé.e.s. Depuis, les autorités ont annulé chaque défilé pour des raisons de sécurité, au grand dam des militant.e.s LGBT. L’an dernier, un défilé avait eu lieu de nuit, mais la Serbie a cette année permis la tenue de la manifestation en plein jour.

«VILLE EN ÉTAT DE SIÈGE»
Plusieurs membres du gouvernement ont d’ailleurs indiqué leur présence: doivent ainsi défiler Jadranka Joksimovic, la ministre de l’Intégration européenne, Tanja Miscevic, négociatrice en chef pour l’adhésion à l’UE, et le ministre de la Culture, Ivan Tasovac. Michael Davenport, chef de la délégation européenne en Serbie, doit également participer à la marche. Et le député européen Terry Reintke, membre de l’Intergroupe LGBT au Parlement, s’est lui aussi rendu à Belgrade pour l’occasion, précise l’Intergroupe. À en croire InSerbia.info, 7000 agents des forces de police et de gendarmerie assurent la sécurité de la manifestation. «Le centre ressemble à une ville en état de siège, a constaté l’AFP. Dans le centre de Belgrade, où la marche doit avoir lieu, sur trois kilomètres à la ronde, le trafic routier est interdit. Plusieurs milliers de gendarmes et policiers en tenue antiémeute sont présents en nombre à chaque coin de rue. Par endroits, ils sont alignés en travers des grands boulevards.» Une démonstration de force rassurante quand on sait qu’il y a quelques jours, les forces de l’ordre menaçaient de compromettre l’événement par une grève.

Des groupes d’extrême droite ont menacé de descendre dans la rue pour s’en prendre aux manifestant.e.s et des inscriptions homophobes ont été taguées sur des murs. Le Premier ministre a assuré que toute perturbation serait sévèrement punie et les services de voirie ont rapidement procédé au nettoyage des murs. En preuve de sa bonne volonté, la Serbie a très rapidement procédé à l’interpellation des agresseurs présumés d’un militant allemand attaqué il y a quelques jours aux abords d’une conférence sur les droits des LGBT. Observé de près par les autorités européennes, et notamment par le Conseil de l’Europe, le pays semble vouloir tout mettre en œuvre pour que cette Pride soit un succès.

Photo via Twitter