Le 23 septembre était célébrée la Journée de la bisexualité (voir ou revoir notre reportage). Les célébrités françaises ouvertement bies se comptant sur les doigts d’une main (ou de deux, allez, c’est vendredi, on en a peut-être oublié), on a toujours envie de se réjouir lorsque l’une d’elle s’exprime sur le sujet. Ne serait-ce que pour encourager les autres à prendre également la parole et assurer une visibilité qui ne peut que s’améliorer.

Enora Malagré, animatrice d’Enora Le Soir sur Virgin Radio, et ses acolytes de l’émission, Mickaël Zazoun et Jean-Michel Maire ont ainsi évoqué la bisexualité pour Télé 2 semaines. Pour Enora Malagré, qui a fait son coming-out bi en 2013, si certain.e.s jeunes se disent bi.e.s parce qu’ils et elles «trouvent ça cool», «il ne faut pas oublier que ça peut être aussi une souffrance. C’est aussi une recherche de soi, une recherche de sa sexualité. Souvent, on dit: “Tu es bisexuel car tu ne sais pas choisir entre un homme et une femme. Mais finalement après, tu seras homo, ou tu seras hétéro”. Je pense que non! Ça peut être, momentanément ou de manière pérenne, ça peut être une forme de sexualité et qu’il ne faut pas la juger.»

Elle s’amuse ensuite du fameux fantasme du «bon vieil hétéro à la Jean-Michel [Maire, qui se définit comme «le plus grand hétéro de la terre”, ndlr] qui fantasme sur deux jeunes filles qui s’embrassent et qui les ramène chez lui, ça peut être le sel de la vie pour quelqu’un».

Mais Enora Malgré insiste:

«Cette journée est essentielle, nécessaire, elle est vitale.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Le combat d’Enora Malagré pour les droits des bisexuels