C’est à l’occasion d’une conférence de presse sur une proposition de loi pour mieux protéger les personnes LGBT que le sénateur de l’État de Pennsylvanie, Jim Ferlo, a fait son coming-out hier, mercredi 23 septembre: «Des centaines de gens savent que je suis gay, c’est juste que je n’ai jamais fait de déclaration officielle et que je n’avais pas de pancarte sur le front. Mais je suis gay, vous vous en remettrez, et j’adore ça! Ma vie est formidable.»

Sa déclaration est venue ponctuer une réunion animée par plusieurs élu.e.s venu.e.s soutenir une proposition de loi qui fait depuis plusieurs années la navette entre les deux chambres parlementaires de l’État, sans succès. Le texte prévoit d’inclure les crimes LGBT-phobes parmi les crimes de haine. Une mesure dont la nécessité se fait sentir à l’heure où deux hommes ont été hospitalisés après avoir été agressés physiquement en raison de leur orientation sexuelle par six assaillants dont l’identité est désormais connue des services de police, rapporte Queerty.

Les crimes LGBT-phobes ne figurant pas parmi les crimes de haine, la peine qu’encourent les agresseurs sera moindre que s’il s’était agi d’une attaque raciste par exemple. Le sénateur Jim Ferlo était à l’origine de cette loi au Sénat de Pennsylvanie avant même de faire son coming-out. Il a souligné que tou.te.s les citoyen.ne.s de l’État devaient être protégé.e.s à égalité.

Photo Capture