Le site d’informations locales La Marseillaise rapporte un nouveau conflit avec la LGP Marseille, organisatrice de l’EuroPride 2013 et tenue pour responsable de la gestion calamiteuse de l’événement. Après les réclamations d’artistes en janvier dernier, qui se plaignaient de ne pas avoir récupéré leurs œuvres exposées à Marseille, c’est aujourd’hui un entrepreneur, Alex Blanc, qui estime avoir été escroqué par l’association et souhaite porter plainte. Selon lui, il aurait reçu un chèque en bois de 10 000 euros, et accuse même Suzanne Ketchian d’avoir détourné des fonds issus du sponsoring de la marque Red Bull. Des faits que cette dernière conteste avec véhémence.

Une nouvelle fois selon elle, ce sont les différents financements qui n’ont finalement pas été attribués à l’organisation de l’EuroPride, qui sont la cause de ces dettes:

«Après avoir touché 100 000 euros de la mairie de Marseille, la LGP a vu son dossier rejeté par la Région et les 30 000 euros prévus par le conseil général ont été bloqués en l’absence des justificatifs demandés à l’association.»

Tout comme en début d’année, Suzanne Ketchian clame être dans l’incapacité totale de régler les lourdes factures de l’Europride: «Je suis désespérée pour tous ceux qui n’ont pas été payés. Mais nous n’avons pas eu les subventions, je n’ai pas d’argent», affirme-t-elle. Affaire à suivre?

A lire sur La Marseillaise.

Photo Capture