Bonjour Monsieur Sarkozy,

Il faut que je vous dise que je ne peux plus supporter mon pays.

Je ne peux plus supporter les discours des homophobes, partout, à la télé, à la radio, dans les journaux, et pas des nazis, non, des député.e.s, des ministres, des anciens et futurs présidents.
Depuis des années et des années on en prend plein la gueule, certain.e.s d’entre nous sont mort.e.s, suicidé.e.s sous la haine.

Je ne peux plus entendre le mot «famille» opposé au mot «homosexuel».
Je ne peux pas entendre Nicolas Sarkozy prétendre que nous, les homosexuel.le.s, avons humilié les pauvres familles, qui ont été obligées de manifester à cause de nous, de même que je ne peux plus entendre les antisémites se plaindre des persécutions juives.

Alors, ma femme, mon fils, et moi, nous ne sommes pas une famille, Monsieur Sarkozy? C’est ça?
Vous savez qui je suis? Je suis un homme trans’ qui a donné dix ans de sa vie à son pays en échange d’un salaire ridicule et deux médailles qui prennent la poussière.
J’ai dû aller en Espagne et tout payer seul pour avoir mon fils avec ma femme. Je n’ai rien dit.
J’ai dû attendre sept ans de vie commune pour épouser ma femme. Je n’ai rien dit.
Je suis en train d’attendre pour adopter mon propre fils, l’enfant de mes gènes, que ma femme a porté. Je ne dis rien. Je paye mes impôts.
Mais que vous, Monsieur Wauquiez, Madame Boutin, et quasiment tous les gens de droite à l’exception de Monsieur Bruno Le Maire (pour lequel je voterais si j’étais de droite) osiez dire que nous ne sommes pas une famille…

Et pourquoi on n’est pas une famille? Ne suis-je pas le père du petit ? Et mon épouse, n’est-elle pas la mère? Mon fils n’est pas un être humain? Que se passe-t-il, qu’est-ce qu’on a fait pour ne pas être une famille? Ma femme n’allaite pas assez bien son bébé? Je ne lui change pas assez bien ses couches? Pourquoi on n’est pas une famille? Pourquoi? Pourquoi opposer sans cesse homosexuel.le.s et familles, vous pensez que les LGBT vivent en hardes? En hordes? En meutes? En groupes? Non, Monsieur, nous sommes comme vous, nous sommes des humains, nous vivons en familles.

Je n’aurai de cesse de vous poser la question jusqu’à ce que vous me répondiez, Monsieur. Je ferai partager cette lettre par toutes celles et tous ceux que je connais Monsieur, jusqu’à que vous me répondiez personnellement et que vous me disiez pourquoi hier soir le 21 septembre 2014 sur France 2 mon fils a entendu qu’il n’était pas né dans une famille.

Arnaud Vauhallan, écrivain

Illustration Nawak