Les Conservateurs ont beau avoir nettement moins de poids en Écosse qu’en Angleterre, l’élection, en 2011, d’une lesbienne à la tête du parti n’a rien d’anecdotique. On apprécie d’autant plus la photo que Ruth Davidson a partagée cette nuit sur Twitter, qui la montre sortant du bureau de vote où elle a choisi le «Non» à l’indépendance de l’Écosse:

La victoire du «Non» n’est pas réellement une défaite du «Oui», puisque pour conserver l’Écosse dans son giron, le Royaume-Uni a dû faire un certain nombre de concessions. L’Écosse ne sera certes pas indépendante dans un futur proche, mais elle sera de plus en plus autonome.