Sous prétexte que celui-ci consommait du Baileys, une liqueur alcoolisée à base de whiskey, la justice camerounaise a reconnu coupable un homme accusé d’être homosexuel. La cour a considéré que cette boisson était trop «féminine». L’article 437 du code pénal camerounais prévoit une peine de prison de six mois à cinq ans et une lourde amende pour «toute personne ayant eu des relations sexuelles avec une personne de même sexe», mais cette définition est parfois prise dans un sens très large, comme le souligne l’avocat Michel Togue à ThinkProgress.

La société camerounaise est encore violemment hostile envers les personnes LGBT, en témoignent des arrestations régulières et les décès de plusieurs militants, comme ceux d’Eric Lembembe en juillet 2013 ou de Roger Mbédé début 2014.

À lire sur 20 Minutes [fr] et ThinkProgress [en].

Photo アップロード者本人