«Nous ne voulons pas d’étrangers à Belgrade.» Voilà ce qu’auraient dit les trois hommes qui ont agressé un militant LGBT allemand samedi 13 septembre dans la matinée. Âgé de 27 ans, il participait à la conférence «Le futur nous appartient: les droits des LGBT sur le chemin de l’Union Européenne». Il a été frappé à la tête avec un cendrier en verre. La chaîne locale Blic TV a diffusé les images de l’agression capturées par une caméra de surveillance. L’homme a été hospitalisé et a subi une opération chirurgicale.

Une marche contre l’intolérance, les crimes de haine, et les violences contre les minorités a eu lieu l’après-midi qui a suivi l’agression (photo) à l’initiative de l’associative LGBT serbe Labris. Membre de l’organisation, Jovanka Todorovic a salué la réactivité des autorités dans cette affaire: «La réaction de la police est exceptionnelle. Ils nous ont protégé.e.s durant la manifestation et en moins de 24 heures, les trois agresseurs ont été arrêtés». Le ministre de l’Intérieur Nebojsa Stefanovic a quant à lui exigé que les auteurs de l’agression soient traduits en justice le plus rapidement possible.

L’ambassadeur d’Allemagne en Serbie Heinz Georg Wilhelm a communiqué sur l’état de santé du jeune homme: «Il s’est réveillé, c’est donc déjà une bonne nouvelle mais il est encore trop tôt pour qu’il s’exprime. Les médecins ont dit que les premières 24 heures ne permettent pas de se prononcer, mais il est conscient et c’est positif. Si ses attaquants ont réellement dit qu’ils ne voulaient pas d’étrangers en Serbie, cela donne une nouvelle dimension xénophobe à tout cet incident.»

Plusieurs membres de l’Intergroupe LGBT au Parlement européen ont commenté cet incident: «J’encourage les autorités serbes à poursuivre dans cette voie et à se prononcer contre les violences des groupes de hooligans qui s’attaquent aux minorités et ébranlent la loi», a déclaré Sophie in’t Veld, vice-présidente de l’Intergroupe LGBT au Parlement européen. «Les dirigeant.e.s politiques ont enfin montré la bonne direction en condamnant unanimement cette attaque et en affirmant qu’ils/elles feraient tout pour protéger les personnes LGBTI des violences et de la discrimination, a quant à lui félicité Daniele Viotti. L’application reste néanmoins la clef. J’attends des autorités qu’elles développent une approche pour être plus inclusives et qu’elles montrent un soutien public explicite lors de la Pride de cette année, prévue pour le 28 septembre.»

Photo Labris