Un tweet du philosophe Michel Onfray, mercredi matin, a semé le trouble sur Twitter:

https://twitter.com/michelonfray/status/509602941108772864

On a connu le philosophe plus inspiré

Clément Guillou, de Rue89, s’est donc chargé de rappeler quelques évidences, en particulier le fait qu’«un mensonge mille fois répété par Nadine Morano ne devient pas une vérité». Et que «la “programmation informatique”, c’est lire, écrire, compter et penser à la fois».

Malheureusement, Michel Onfray n’a pas lu Rue89 (ou n’a pas été convaincu) avant de répondre à l’invitation de France Inter, puisqu’il a réitéré ces déclarations ce matin, vendredi 12 septembre (à partir de 5’24):

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Michel Onfray : « Aujourd’hui à l’école, on apprend aux enfants le tri des déchets ou la théorie du genre »

«Le comité interministériel invite à former les formateurs en prenant en considération la théorie du genre, estime-t-il (à 7’05), donc je veux bien qu’on nous dise qu’elle n’existe pas…»

Patrick Cohen tente de rappeler qu’il s’agit de lutter contre les stéréotypes, mais Michel Onfray insiste: «Cela ne se fera pas en considérant que la nature n’existe pas.»

Comme l’écrit Rue89, «d’un éditorialiste de l’hebdomadaire de droite France catholique à un philosophe athée d’extrême gauche: quel joli parcours pour la “théorie du genre” en France en pas même quatre ans…» Un joli parcours qui montre que se contenter de rappeler régulièrement et systématiquement que la «théorie du genre» n’existe pas et que les études de genre, qui, elles, existent bien, ont une grande utilité, ne suffit pas.