La chanteuse Najoua Belyzel signe en ce moment son retour avec un nouveau titre Rendez-vous:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Najoua Belyzel – « Rendez-Vous » (Clip officiel)

Si vous aviez un peu perdu de vue cette artiste française, sachez qu’elle a décroché, selon certain.e.s, son titre d’icône gay grâce au tube qui l’a fait connaître en 2005, l’imparable Gabriel:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Najoua Belyzel – Gabriel CLIP OFFICIEL

Ça y est, ça vous revient? Gabriel, considéré à tort comme un hymne gay-friendly, était en fait l’histoire d’une femme qui s’éprend d’un homme qui souhaite se consacrer à Dieu. Pop et bondieuserie faisant bon ménage, il n’en faudra pas moins pour que la jeune chanteuse soit longtemps comparée à Mylène Farmer, ce qui lui vaudra de sortir la chanson M (Hey Hey Hey).

Avec l’album Au Féminin en 2009, Najoua Belyzel s’est inspirée de l’histoire de Thomas Beatie, premier homme trans’ enceint pour écrire la chanson Jérémie (encore un prénom), un morceau très clairement bi-friendly, mais aussi pro-homoparentalité: «En réalité, Jérémie n’est pas homosexuel, il est bisexuel et cela le rend encore plus libre que les autres. Il est heureux, rêveur et bien dans sa peau. Il inspire la joie de vivre, il intrigue autour de lui. Tout le monde veut lui ressembler. C’est un héros, en fait. Ce garçon est dans sa bulle, il s’imagine même mettre au monde un enfant donc il voit son ventre gonfler. Je soulève aussi le sujet de l’homoparentalité parce que, finalement, Jérémie va se rendre compte qu’il ne pourra jamais avoir d’enfant parce qu’il n’en a pas les attributs et que ce n’est pas naturel, alors, à la fin de la chanson, il adoptera.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Najoua Belyzel – Jérémie