Annoncée cet été, la toute première édition du Marais Film Festival aura lieu du 11 au 16 novembre 2014 à Paris. Ce nouveau festival de cinéma LGBT est organisé par l’éditeur et distributeur de films LGBT Outplay avec le cinéma Le Nouveau Latina.

FESTIVAL DE QUARTIER
La programmation n’a pas été encore dévoilée, mais Thibaut Fougères, co-fondateur et programmateur de l’événement, est déjà en mesure d’annoncer quelques films, dont le très attendu Something Must Break (photo), film suédois récompensé par le Tigre d’Or au dernier festival de Rotterdam et qui ouvrira le festival en avant-première (sortie en salles le 26 novembre); Boys, un film néerlandais, ou encore El Tercero. Le Marais Film Festival proposera aussi deux séances de courts métrages, ainsi que des versions restaurées de classiques du cinéma LGBT. «Nous ne voulons pas proposer que des films, affirme-t-il à Yagg, il y aura aussi une projection déguisée suivie d’une soirée au Tango, ainsi qu’une visite du Marais avec Hervé Latapie. Le Marais Film Festival veut être un festival de quartier. On ne souhaitait pas lui donner un nom avec les mots “LGBT” ou “Rainbow”. Avec le mot Marais, les gens comprennent, ils voient de quoi on parle et identifient facilement ce lieu, qui est presque une ville. Cela donne un nom d’événement plus ouvert.» Le Marais Film Festival sera aussi l’occasion de décerner des prix aux meilleurs films de la programmation, mais pas question de faire venir un jury de professionnel.le.s, le Marais Film Festival se veut participatif: «C’est le public qui fait vivre le festival, c’est lui qui votera pour choisir le film à primer», confirme Thibaut Fougères. Et pas question non plus de ne proposer que des films estampillés Outplay, comme l’assure le programmateur, qui a lancé un appel à films.

LE PETIT NOUVEAU ET LA GROSSE MACHINE
Difficile de ne pas relever que ce nouveau venu sur la scène culturelle LGBT parisienne est au coude à coude avec Chéries Chéris qui vient tout juste d’annoncer ses dates. «Une coïncidence», insiste Thibaut Fougères, qui explique que l’idée de ce nouveau rendez-vous remonte à trois ans: «Nous avons décidé de nous lancer cette année et en mars dernier, quand nous avons calé les dates, nous savions déjà que Chéries Chéris était en difficulté. C’est un festival qui a régulièrement diffusé des films de chez Outplay et nous avons pensé qu’il serait dommage de ne pas avoir de festival LGBT cette année. Jusqu’à mi-août, nous ne savions pas si Chéries Chéris, ordinairement prévu en octobre, aurait lieu.» C’est donc affaire de malchance si les deux festivals se retrouvent espacés d’une dizaine de jours sur le calendrier. Mais Thibaut Fougères se défend de vouloir entrer en concurrence: «On ne cherche pas à nuire à Chéries Chéris, notamment parce que ce festival installé depuis 20 ans, qui bénéficie de partenaires institutionnels, est une grosse machine. On ne peut pas faire de comparaison.» Et de renchérir que l’un et l’autre n’auront pas les mêmes films à l’affiche: «Je pense que nous pouvons être complémentaires car nous n’aurons de toute façon pas la même programmation. Et finalement, deux festivals, cela fera toujours plus de visibilité pour la communauté LGBT et sa culture.»