L’histoire est racontée par une personne ivre et les comédien.ne.s jouent leur rôle en forçant le trait mais on ne leur en demande pas moins. Le résultat est drôle et instructif, puisque l’on fait connaissance avec Babe Didrikson, une athlète émérite qui pratiqua le basket, le tennis, le ski, le baseball, le football américain et la boxe. Elle a concouru aux Jeux olympiques de 1932 où elle a remporté deux médailles d’or et établi trois records du monde en saut en hauteur, en lancer de javelot et au 80 mètres haies. C’est avec la même détermination qu’elle s’est adonnée au golf à partir de 1935. Une aventure narrée ci-dessous en images avec Emily Deschanel dans le rôle de Babe Didrikson.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Babe Didrikson and the LGPA

«Alors elle prend un club de golf et elle est là, genre “j’aime bien ça”. Elle s’entraîne 10 heures par jour et se rend compte qu’il n’y a aucun tournoi pour les femmes professionnelles. “Qu’est-ce que je peux faire?”, demande-t-elle à son père. Et là, son père lui fait: “C’est [biiip]. Tu me déprimes… C’est de la [biiip].” Et là, elle a une super idée: “Je vais participer à un tournoi masculin!” Et son père est là: “C’est une idée géniale!”»

«Donc elle entre dans un tournoi pour mecs. C’est controversé, et les journalistes la saquent genre: “Ce serait mieux si les gens comme elle restaient à la maison, à se pomponner et à attendre que le téléphone sonne.” Mais Babe s’en fout: elle frappe et la balle part à presque 200 mètres. Et les gens sont là: “Babe! Comment avez-vous fait pour l’envoyer à 200 mètres?” “J’ai juste détaché ma gaine et je l’ai laissée se déchirer.”»

«À ce moment-là, Babe était mariée, mais elle a rencontré cette femme, Betty Dodd. Betty était là genre: “T’es mon idole! Je pense que tu es la meilleure athlète au monde”. Et Babe a répondu: “C’est ce que je me suis dit une fois. Toi, je t’aime bien.” Et donc Betty devient son amante lesbienne. Betty était là: “T’es une golfeuse d’exception, tu devrais jouer en professionnelle. Ferme-la et écoute-moi, Babe.” Et Babe a dit: “Je ne dis rien, hein, mais pourquoi il ne pourrait pas y avoir une ligue féminine professionnelle?” Et Betty lui dit: “C’est la meilleure idée que j’ai jamais entendue”. Alors Babe décide de le faire.»

«Elle y va et elle en parle à d’autres femmes: la LPGA (Ladies Professionnal Golf Association, ndlr). Avec un L pour Ladies. C’est du génie. “Qui est pour?” Et 13 femmes acceptent. Elles commencent une ligue professionnelle. Et Babe gagne – un truc de dingue. Elle remporte 14 tournois d’affilée, du jamais vu. Elle gagne, elle gagne, elle gagne… Et elle est là: “Je suis Babe! Qui finit deuxième de toute façon? Je suis Babe, suce ma [biiip].”»