Le dernier remaniement s’est accompagné d’une rétrogradation du ministère des droits des Femmes, dont Najat Vallaud-Belkacem, aujourd’hui ministre de l’Éducation, avait la charge, en secrétariat d’État dépendant du ministère des Affaires sociales et de la Santé. Qualifiée par l’Interassociative lesbienne, gai, bi et trans’ (Inter-LGBT) d’«acte emblématique d’une absence de volonté politique de combattre les inégalités femmes/hommes», cette suppression «cristallise également l’immobilisme du gouvernement dans le combat contre les discriminations et pour l’égalité des droits des personnes LGBT, dont ce ministère avait également la charge».

Dans un communiqué, l’Inter-LGBT «s’insurge contre la régression du gouvernement dans le combat pour l’égalité femmes/hommes en remplaçant un ministère dédié à ces enjeux par un secrétariat d’Etat, sous-section du Ministère des Affaires sociales et de la Santé. Les violences du système patriarcal ne s’exerçant pas uniquement sur les femmes (même si elles sont les premières et principales victimes avec 27 % en moyenne de différence de salaire, 75 000 viols en France chaque année, 1 femme mourant tous les 3 jours de violences conjugales en France, etc.), mais aussi sur les personnes trans’, les gays et les bisexuels, un ministère à part entière est indispensable pour les combattre et permettre l’égalité entre toutes et tous. À ce titre, l’Inter-LGBT rappelle que ce ministère était supposé traiter des enjeux LGBT avec la mise en place du Programme d’actions gouvernemental contre les violences et les discriminations commises en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre.

«Enfin, la nomination de Pascale Boistard, une des 27 député.e.s socialistes qui ont exprimé leur refus de signer l’amendement PMA en décembre 2012, au poste de secrétaire d’État chargée des Droits des Femmes, est également un prodrome de mépris et de déni pour les lesbiennes et pour leurs droits.»

L’Inter-LGBT appelle donc à se joindre au Collectif des droits des Femmes (CNDF) et aux autres associations signataires de son appel ce mardi 2 septembre à 18h30 devant Matignon (angle rue de Varenne – boulevard des Invalides).

Toutes les infos sur l’événement Facebook.

Photo Judith Silberfeld