Depuis les déclarations du pape François à son retour des Journées mondiales de la jeunesse de Rio, en juillet 2013 – «Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour la juger?» –, de nombreux signes semblent montrer une possible inflexion du discours de l’Église catholique romaine à l’égard des personnes homosexuelles. Ainsi en septembre 2013, le pape, qui s’exprimait dans la revue religieuse Civiltà Cattolica, exigeait que l’Église cesse d’être obsédée par les homos. De même, un mois plus tard, le souverain pontife répondait pour la première fois à des homos catholiques dans une lettre manuscrite.

Certaines Églises nationales font même preuve d’une plus grande ouverture, notamment en Amérique latine. Au Brésil, par exemple, dans une interview au O Globo, Leonardo Ulrich Steiner, secrétaire général de la Conférence nationale des évêques du Brésil et porte-parole de l’Église catholique brésilienne, déclarait que les personnes LGBT «doivent être accueillies avec respect, compassion et délicatesse. Évitez toute marque de discrimination injuste à leur égard». Dans les derniers mois, des baptêmes d’enfants de couples homos ont été célébrés par les Églises argentines et mexicaines. Enfin, au Chili, en plein débat sur l’union civile, le prêtre jésuite Felipe Berríos, fondateur de l’ONG Un techo para mi País, s’est exprimé en faveur de l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe.

PAS DE REDÉFINITION DU MARIAGE
Dans un document rendu public jeudi 26 juin, l’Instrumentum Laboris, fruit d’une enquête auprès des conférences épiscopales, le Vatican considère désormais que l’Église catholique romaine doit moins juger les personnes homosexuelles, et surtout accueillir leurs enfants de manières égales dans la foi catholique. La redéfinition du mariage reste exclue.

«Toutes les conférences épiscopales se sont exprimées contre une “redéfinition” du mariage entre un homme et une femme en introduisant une législation permettant l’union entre deux personnes du même sexe, est-il écrit dans le document présenté par le cardinal Lorenzo Baldisseri. D’importants témoignages des Conférences épiscopales viennent étayer la recherche d’un équilibre entre l’enseignement de l’Église sur la famille et une attitude respectueuse qui ne juge pas les personnes vivant dans ces unions.»

CONTRE L’ADOPTION, MAIS POUR LES BAPTÊMES D’ENFANTS DE COUPLES GAYS ET LESBIENS
Plus loin, l’Instrumentum Laboris se positionne contre l’adoption: «Il faut relever que les réponses parvenues se prononcent contre une législation qui permette l’adoption d’enfants par des personnes en union de même sexe, car ils y voient un risque pour le bien intégral de l’enfant, qui a le droit d’avoir une mère et un père, comme l’a récemment rappelé le pape François». Mais pour l’accueil des enfants de couples homos au sein de la communauté des fidèles par le baptême: «Toutefois, au cas où les personnes qui vivent dans ces unions demandent le baptême pour l’enfant, les réponses, presque à l’unanimité, soulignent que le petit doit être accueilli avec le même soin, la même tendresse et sollicitude que ceux que reçoivent les autres enfants.»

LA «THÉORIE DU GENRE» EN EMBUSCADE
La peur d’une éventuelle «théorie du genre» est remontée jusqu’au Vatican. «Dans certaines régions, celle-ci tend à influencer jusque le milieu éducatif primaire, diffusant une mentalité qui, derrière l’idée de faire disparaître l’homophobie, propose en réalité une subversion de l’identité sexuelle», s’inquiètent ainsi les conférences épiscopales, dont certaines font face au «défi de l’éducation sexuelle dans les familles et dans les institutions scolaires, particulièrement dans les pays où l’État tend à proposer, dans les écoles, une vision unilatérale et idéologique de l’identité de genre».

Le document met en lumière les disparités entre les enseignements de l’Église et la volonté de bienveillance et de compréhension qu’expriment les fidèles. Si le Vatican a fait savoir qu’il ne changerait pas de positions sur l’homosexualité sous la pression de l’opinion publique, le dialogue semble ouvert.

Photo Fczarnowski