Simple coup de communication ou véritable geste en faveur des LGBT espagnol.e.s ? Mardi 24 juin, le tout juste couronné Felipe VI recevait au palais royal et parmi plus de 200 ONG ou associations à visée sociale, des représentant.e.s d’associations LGBT espagnoles comme la Federación Estatal de Lesbianas, Gais, Transexuales y Bisexuales (FELGTB), la Fondation Triangle ou la Confédération COLEGAS. C’est la première fois que des associations LGBT rencontrent un Roi d’Espagne.

«La générosité, l’altruisme, l’empathie, (…)vous méritez que l’on vous félicite pour avoir ces qualités et pour l’exemple que vous donnez jour après jour» a souligné le chef de l’État espagnol lors d’un discours plein d’éloges adressé aux associations. De leurs côtés, les militant.e.s LGBT ont salué le geste du nouveau monarque et ses dispositions à recevoir les associations à peine proclamé roi, alors que la vice Première ministre, Soraya Saénz de Santamaría, (Parti populaire – PP) a toujours ignoré les demandes de rendez-vous souhaitées par la FELGTB de Boti G. Rodrigo.

RECONNAISSANCE ET VISIBILITÉ
Informée de la rencontre à peine 48 heures avant, la FELGTB, représentée par sa présidente Boti G. Rodrigo soulève l’importance d’un tel rendez-vous. «Cette invitation est très importante car nous avons été un collectif humain très marginalisé. Avec cette rencontre, le chef de l’État nous a visibilisé.e.s alors que nous étions invisibles jusqu’à présent» observe la militante contactée par Yagg. «J’ai également pu lui dire qu’en tant que chef de l’État espagnol, il doit assumer la défense des droits humains à l’intérieur et à l’extérieur de l’État. L’Espagne doit lutter contre les retours en arrière qui affectent nos droits : on ne peut pas tolérer un pas en arrière de plus» poursuit la présidente de la FELGTB qui déplore que le gouvernement de Mariano Rajoy (PP) mettent en place «des politiques régressives en matière de santé, d’éducation, de famille et de libertés individuelles».

José María Núñez, président de la Fondation triangle a également remercié cette main tendue à la visibilisation. Pour l’anecdote, le militant a offert aux deux filles du couple royal deux contes Je viens (Vengo, en espagnol) et De qui suis-je tombé.e amoureux/se (De quién me enamoraré) qui traitent du thème de la diversité des relations amoureuses pour les enfants. «La Fondation triangle ne demande pas à ce que le pouvoir royal prennent part au débat législatif, puisque que ce n’est pas sa fonction et cela ne doit pas l’être, mais estime que les nouveaux rois doivent connaître la réalité des personnes LGBT, de leurs familles et de leurs enfants dans leur devoir de représentation de la diversité des citoyen.ne.s espagnol.e.s et au niveau international» a-t-il commenté dans un communiqué repris par le site Dos Manzanas.

Pour autant, cette rencontre historique n’est pas du goût de tout le monde. Notamment de certains groupements ultraconservateurs comme l’organisation HazteOir ou de certains médias comme La Gaceta relève Dos Manzanas. Mais comme le fait remarquer le père Angel, des Messagers de la paix : «Quand on voit tant d’ONG, grandes, petites, des gays, des lesbiennes, des un ou des autres… On se rend compte que ce n’est pas vraiment certain qu’on soit en train de traverser une crise des valeurs, bien au contraire».

Photo Capture