La situation des personnes LGBT est critique dans plusieurs pays du monde. À la faveur du documentaire Global Gay, pour qu’aimer ne soit plus un crime (produit grâce au crowdfunding), Frédéric Martel, auteur d’un essai du même nom, et le réalisateur Rémi Lainé se sont rendus au Cameroun, au Népal, à Cuba, en Russie et en Afrique du Sud pour rencontrer des militant.e.s LGBT. Répression policière, arrestations arbitraires et rejet familial sont le quotidien de beaucoup de ces activistes.

En plus de leurs témoignages, le documentaire arpente les arcanes de la diplomatie. Les efforts entrepris par la France et l’Afrique du Sud pour parvenir à terme à la dépénalisation de l’homosexualité dans tous les pays sont mis en lumière, même s’ils n’ont pas encore porté de fruits jusqu’ici. La conférence régionale qui devait avoir lieu sur le continent africain n’a finalement pas eu lieu car aucun pays n’a répondu à l’invitation de l’Afrique du Sud. Pour ne pas brusquer les pays hostiles à l’égalité des droits et obtenir un vote le plus large possible, les diplomates préfèrent attendre.

Le sujet continue toutefois à être abordé lors des rencontres internationales. Mais dans les pays où l’homosexualité est toujours condamnée, les gouvernements n’ont pas l’air de vouloir évoluer. Selon la Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, Navi Pillay, les mêmes arguments que ceux qui étaient utilisés pour justifier l’apartheid sont aujourd’hui employés pour réprimer les homos et les trans’. Pour elle comme pour d’autres militant.e.s interviewé.e.s dans ce documentaire, l’issue ne fait toutefois aucun doute: l’égalité l’emportera.

La diffusion du documentaire s’accompagnera d’une discussion animée par Carole Gaessler avec Anna Ghione, auteure de Moi homophobeYohann Roszéwitch, le président de SOS homophobie, et Frédéric Martel.

Ce soir à 20h40 sur France 5.

Photo France 5