La National Organization for Marriage (NOM) organisait hier, jeudi 19 juin, à Washington D.C., la deuxième édition de sa marche annuelle pour que le mariage soit réservé aux couples de sexe différent. «Ce n’est pas par haine contre les homosexuel.le.s, il ne s’agit pas de leur envoyer des coups, mais de montrer que nous tenons au mariage», a indiqué au Washington Times un responsable de l’événement. Parmi les orateurs/trices invité.e.s à prendre la parole à la tribune, un visage bien connu en France: celui de Ludovine de la Rochère, présidente de la «Manif pour tous».

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Marriage March in Washington DC

«Je suis fière de représenter la France», s’est-elle réjouie, avant de préciser que, selon elle, les couples de même sexe ne contribuent en rien à l’avenir de l’humanité et qu’il faut exclure les couples homosexuels de l’institution du mariage, élaboré «pour s’aimer, pour fonder une famille, pour en protéger les membres et en premier lieu les enfants». «Nous avons manifesté, nous étions des millions et des millions», a assuré la présidente de la «Manif pour tous» devant les centaines de personnes réunies pour l’événement. Une foule assez clairsemée, rapporte le Bilerico Project.

S’inspirant du mouvement français, la NOM a veillé à distribuer des drapeaux roses et bleus aux manifestant.e.s qui ont fini leur défilé devant la Cour suprême. Certaines pancartes arborées par les personnes présentes délivraient des messages volontiers homophobes. «Le mariage des homos est satanique», «le sexe homosexuel conduit à porter des couches» et autres inepties étaient fièrement (ou pas, puisque certain.e.s préféraient porter des masques) brandies.

Quelques contre-manifestant.e.s, favorables à l’égalité des droits, ont indiqué avoir reçu des menaces. Mais ces désagréments n’ont été que de courte durée, puisque c’est aussi le jour qu’a choisi l’église presbytérienne pour annoncer qu’elle bénira désormais les couples de même sexe dans les États où le mariage a été ouvert. Un coup de semonce pour la NOM qui se réfugie régulièrement derrière des arguments religieux pour s’opposer à ce que les couples homosexuels puissent se marier.