Jeudi 19 juin, lors de son assemblée générale à Detroit, l’Église presbytérienne américaine, un des plus importants groupes évangéliques des États-Unis, a voté très majoritairement en faveur d’une motion redéfinissant le mariage à «deux personnes». De fait, les mariages de couples de personnes de même sexe sont donc autorisés à être célébrés par des ministres du culte, sur le territoire des États où le mariage a déjà été élargi, comme en Pennsylvanie ou dans l’Oregon récemment.

L’Église, rappelle The New York Times, rejoint ainsi d’autres groupes religieux qui ont déjà franchi le pas comme The United Church of Christ, les Quakers, les Unitariens, ou des mouvements réformistes et conservateurs du judaïsme. En 2010, l’adoption d’une motion visant à ordonner des pasteur.e.s ouvertement homos avait conduit plusieurs congrégations conservatrices à quitter l’Église. Un scénario qui pourrait se reproduire même si l’Église presbytérienne américaine reste à ce jour la plus importante dénomination presbytérienne des États-Unis avec 1, 8 millions de membres comptabilisés en 2013.

À lire sur The New York Times.