L’ONG ARC International a lancé un appel qui sera relayé lors de la prochaine session du Conseil des Droits de l’Homme mardi 24 Juin. Elle y exhorte les membres du Conseil à agir concrètement contre les discriminations dont sont victimes les personnes LGBT dans le monde: «Cela fait maintenant trois années depuis que le Conseil des Droits de l’Homme a adopté la première résolution sur les Droits Humains, l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Alors que les violations continuent à se perpétrer dans tous les régions du monde, le Conseil ne s’est pas encore engagé dans une résolution de suivi.»

Toutes les organisations qui le souhaitent peuvent signer et soutenir cette déclaration commune avant lundi 23 juin (17h, heure de Genève), dont voici un extrait:

«Dans trop de pays, nous faisons face à des violations majeures des droits humains; nous subissons la pénalisation – héritée de l’ère coloniale –, qui va souvent jusqu’à la peine de mort, nous sommes assassinés impunément, les lesbiennes sont sujettes au viol et au mariage forcé; l’infanticide, la dé-sélection génétique, la stérilisation forcée et la mutilation génitale sont les vécus ordinaires des personnes inter-sexe; et les personnes transgenres sont avilies, battues et soumises à la stérilisation, leurs identités étant la plupart du temps non reconnues par les États. On nous refuse l’accès à la santé et à de nombreux traitements essentiels ; nous subissions quotidiennement la discrimination au travail, dans l’accès à l’éducation et au logement. Dans de nombreux pays, notre travail de défenseurs des droits humains est obstrué, interdit et attaqué parce que nous militons aussi pour les droits LGBT. Nos droits à nous réunir pacifiquement sont si souvent attaqués et l’on cherche à museler nos voix […] Ces violations sont systémiques et exigent une réponse systémique. Le Conseil doit adopter une résolution qui prévoit un suivi régulier, un dialogue constructif et une attention à la fois continue et systématique en ce qui a trait aux violations de droits humains basées sur ces motifs. Comme l’a cité Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU, au Conseil en mars 2012: “Le moment est arrivé”.»

Lire et signer le formulaire de la déclaration en tant qu’organisation.

Photo United States Mission Geneva