Wren Kauffman n’a que douze ans et pourtant la province de l’Alberta lui a accordé la reconnaissance de son genre en tant qu’enfant trans’ FtoM (Female to Male). C’est lors de la Pride d’Edmonton qui s’est tenue dimanche 15 juin que lui a été remis le document, où son genre a simplement été modifié. La ministre de la Culture, Heather Klimchuk, était sur place pour rencontrer Wren Kauffman et pour présenter son nouveau certificat de naissance.

UNE DÉCISION QUI MARQUE DE GRANDS PROGRÈS
Le jeune garçon avait porté plainte avec l’Alberta Human Rights Commission. Un juge de l’Alberta a statué que la loi viole les droits des personnes trans’ en ne leur permettant pas de changer leur genre sur leur certificat de naissance. En effet, selon la législation, les personnes trans’ doivent d’abord passer par une opération de réassignation pour pouvoir faire leur changement d’état civil, ce qui est impossible dans le cas de Wren puisqu’il n’a pas atteint sa majorité. Cette décision pourrait donc grandement aider les personnes trans’ à faire valoir la reconnaissance de leur genre, sans passer obligatoirement par la chirurgie. Peu de temps après son arrivée au pouvoir en mars 2014, le Premier ministre de l’Alberta Dave Hancock avait déclaré qu’il reviendrait sur cette disposition qui impose aux personnes trans’ la chirurgie et l’hormonothérapie pour obtenir des papiers conformes à leur identité de genre. Plusieurs autres provinces canadiennes suivent actuellement cette voie, notamment l’Ontario qui a sauté le pas en 2012.

UN GARÇON COURAGEUX
L’histoire de Wren est médiatisée depuis un peu moins d’un an au Canada, depuis qu’il a réussi à faire son coming-out trans’ à son école. «Quand on ne peut pas être soi-même, c’est triste et assez déprimant. Je suis content de l’avoir dit», avait-il déclaré à l’époque. Alors qu’ils le considéraient comme une petite fille, les parents de Wren ont finalement compris la situation et apportent aujourd’hui tout le soutien et l’accompagnement nécessaires pour que leur fils puisse faire sereinement sa transition. Même s’il est bien entouré, Wren a parfois souffert de l’incompréhension et des moqueries de certaines personnes dans son école. Il tente cependant de ne pas laisser les quolibets l’atteindre: «Les gens m’embêtent aujourd’hui mais j’arrive à gérer ça. Je me dis qu’ils ne font que s’entraîner à être de vrais abrutis dans leur vie. Et en plus, s’ils me disent quelque chose, alors ils n’ont pas à faire partie de ma vie… Je ne pense pas avoir besoin de gens qui ne m’aiment pas.» Désormais l’Alberta reconnaît Wren comme un garçon. Lorsqu’il aura atteint ses seize ans, il pourra alors décider s’il souhaite ou non commencer une hormonothérapie et à ses dix-huit, il sera légalement assez âgé pour pouvoir subir, s’il le désire, une opération de chirurgie. En attendant, le jeune garçon reçoit déjà un traitement pour interrompre sa puberté.

Photo Capture