Même après sa mort, Elizabeth Taylor continue, à travers sa fondation,  à défendre les droits humains et à lutter contre le sida. Cette année, le Prix Elizabeth Taylor pour les droits humains récompense le Dr Paul Semugoma, 42 ans, un médecin ougandais et un fervent activiste de la cause LGBTI et de la lutte contre le sida.

La Fondation a expliqué que Paul Semugoma avait été choisi parmi un groupe de candidat.e.s exemplaires.» Jusqu’en 2012, le Dr Semugoma était l’un des rares médecins ougandais à s’occuper des gays, dans un pays où l’homosexualité est criminalisée. A la conférence de Washington en 2012 (photo), Paul Semugoma avait ému les congressistes en parlant de l’homophobie dans son pays: «J’ai peur… mais je suis un être humain et nous vivons dans l’espoir.»

Depuis, Paul Semugoma s’est réfugié en Afrique du Sud pour pouvoir continuer son travail de plaidoyer pour les droits à la santé pour les gays en Ouganda.Sur le blog de l’International Aids Society, il a écrit le 27 mai dernier:

«Aujourd’hui, je vis loin de l’Ouganda […] Mais je ne suis pas réduit au silence. Nous, hommes gays, Africains gays, Kuchus [gay en Luganda, langue de l’Ouganda], nous existons en Afrique. Nous sommes très vulnérables au VIH. Les obstacles pour accéder aux services spécialisés, dont l’éducation et le soutien, sont haut comme des montagnes– des montagnes de préjugés, des montagnes de peur, des montagnes d’ignorance. Ces obstacles, y compris ceux qui existent en nous-mêmes, nous devons les abattre.»