Du rose pour les femmes, du bleu pour les hommes: ce cliché éculé est devenu réalité pour les milliers de personnes qui ont manifesté contre l’égalité des droits l’an dernier. C’est cette France rose et bleu que le dessinateur Nawak a dépeinte sur son blog et sur les réseaux sociaux. Plusieurs de ses dessins ainsi que quelques illustrations inédites ont été rassemblées dans un beau livre, distribué par Bibliocratie: si 100 personnes le commandent d’ici deux mois, il sera publié et envoyé à leur domicile pour 19 euros.

À 36 ans, Nawak – dont les internautes de Yagg ont aussi croisé le trait au détour de leurs pérégrinations sur le site ou sur les t-shirts qu’il a accepté d’illustrer – dessine en marge de son activité professionnelle «pour faire rire, mais également pour provoquer, faire réfléchir… et (accessoirement) pour [se] moquer des anti-­égalité et des anti­choix», indique-t-il dans un communiqué de presse. Avec ses dessins, il pointe du doigt les membres de la «vague rose et bleue» qui s’emparent des sujets sociétaux pour promouvoir un recul en arrière avec des méthodes de communication nouvelles: «Ils s’inspirent de leurs homologues américains (ultraconservateurs, anti­-IVG…) en matière de marketing et ont tiré les leçons du Pacs. Ils sont souriants, habillés en couleur et maîtrisent les éléments de langage. Oubliés les slogans homophobes tels que le fameux “les pédés au bûcher”, place à la “défense de l’enfant”.»

De mars 2013 à aujourd’hui, l’illustrateur a croqué à sa façon l’actualité. Pour qu’une trace physique de ses dessins reste, pour «ne rien oublier», il s’est lancé dans l’aventure de l’édition, suivant en cela la proposition d’abonné.e.s à sa page Facebook. Sa démarche a reçu le soutien, entre autres, de Jean-Luc Romero. Le conseiller régional d’Ile-de-France a préfacé l’ouvrage en dénonçant cette «France réac’» qui pense trouver avec les LGBT, les immigré.e.s et les femmes qui recourent à l’IVG des explications aux crises que traverse le pays.

La France rose et bleu peut être commandée sur Bibliocratie.

Illustration Nawak