Dimanche 15 juin, un match de football amical opposera l’équipe des Dégommeuses et l’association Acceptess-T au stage Pershing au bois de Vincennes. L’objectif de ce rendez-vous entre les deux équipes? Taper dans le ballon, mais aussi militer contre la transphobie et la lesbophobie: «On va jouer sur les stéréotypes, explique bruce, qui joue dans l’équipe des Dégommeuses. Faire ce match, ça nous permet de croiser les questions trans’ et les questions lesbiennes à travers le sport, qui est un moyen de faire reculer les discriminations. On souhaite faire de cette rencontre un événement ouvert à tout le monde, quelque chose de drôle, un match où on ne sera pas là pour gagner.» Au programme, en plus du match, massages aux paillettes, atelier drag-king, apéro convivial et beaucoup de bonne humeur.

Comment l’idée de ce match est-elle venue? «En discutant avec Veronica des Dégommeuses, j’ai été inspirée par cette idée d’une équipe de foot, d’où l’idée de créer une équipe avec des personnes trans’», raconte Giovanna Rincon, directrice de l’association Acceptess-T. Créée il y a deux mois, la toute jeune équipe a participé à la compétition de volley-ball du Tournoi International de Paris ce week-end et s’est classée troisième. Pour Giovanna Rincon, il est important de voir des personnes trans’ sur un terrain de foot:

«On sait que c’est un sport vu comme “un sport de mecs”, un sport viril, et les Dégommeuses essaient justement de déconstruire ces stéréotypes de genres. On entre dans le même objectif mais en allant un peu plus loin: nous sommes des hommes et des femmes trans’, issu.e.s de plusieurs nationalités, de profils très différents, et nous avons un groupe avec une force et une unité pour déconstruire la transphobie. Avec ce match, on va chercher à faire bouger la vision que les gens ont du sport et du foot, fédérer nos forces pour transmettre des messages, et lutter contre l’invisibilité, tout ça en sortant nos crampons, nos paillettes et nos plumes.»

Cette volonté n’est pas nouvelles, l’association Acceptess-T mène depuis 2012 un programme de santé visant à améliorer la qualité de vie des personnes trans’ vivant avec le VIH, grâce à l’activité sportive: «On se sert aussi de la natation, qui est un sport doux et qui aide à se réapproprier son corps».

Retrouvez toutes les informations sur le match Acceptess-T / Les Dégommeuses.

Photo Karine Pelgrims