À 11 ans, Orlando Burcham a spontanément écrit au Premier ministre australien pour lui demander pourquoi sa mère, lesbienne, n’a pas le droit de se marier avec une autre femme en Australie. Sa lettre a été publiée sur la page Facebook du mouvement Australian Marriage Equality, tout comme la réponse de Tony Abbott au jeune garçon.

«Une majorité d’Australien.ne.s ont pu se marier avec joie, alors pourquoi empêcher les hommes et les femmes homosexuel.le.s de se marier dans ce beau pays?, demande Orlando Burcham. Ma mère est lesbienne, et votre propre sœur est lesbienne! Tout comme des milliers d’autres femmes. Vous avez d’ailleurs rencontré ma mère, la conseillère Cordelia Troy. Elle est membre du parti Libéral et elle était vice-maire à l’époque.»

«C’est tellement pathétique que vous ne laissiez pas les Australien.ne.s et les personnes d’autres pays se marier ici. Il y a des millions de personnes dans le monde, et une fois en Australie, elles peuvent se dire: “Waouh, cet endroit est génial, marions-nous ici!” avant de se souvenir qu’elles ne peuvent pas se marier. Elles dépensent des milliers de dollars pour aller dans un endroit où il est possible de se marier. Ma mère s’est mariée, mais elle a dû aller à New York, ce qui a coûté beaucoup d’argent.»

«Vous avez été élu pour représenter votre pays, pas vous-même. Ce n’est pas parce que vous pensez que ce n’est pas bien que ça vous donne le droit de le rendre illégal. Notre point de vue ne compte pas pour vous? Ce n’est pas parce que vous êtes le Premier ministre que vous devez avoir tous les pouvoirs. J’espère que vous changerez d’avis.»

Quelques jours plus tard, Tony Abbott a répondu à ce courrier mais a maintenu sa position:

«Merci de m’avoir fait part de ton opinion sur le mariage des couples de même sexe. J’apprécie le fait que beaucoup éprouvent des sentiments profonds à ce sujet, que l’on soit pour ou contre.

«Le gouvernement défend la définition du mariage telle qu’elle est énoncée dans la loi de 1961 sur le mariage. Il faudrait une coalition de plusieurs partis pour changer cela. Je soutiens à titre personnel la définition actuelle du mariage. Même si nous ne sommes pas d’accord à ce sujet, je respecte les arguments que tu as avancés.

«Un dialogue continu entre le gouvernement et les citoyen.ne.s rend notre démocratie plus forte. Merci encore de m’avoir écrit.»

Devant cette réponse, Orlando Burcham n’a pu qu’admettre sa déception, rapporte Same Same. Mais il a donné le sourire à sa mère: «Je suis si fière de mon fils, a-t-elle indiqué sur Facebook. Il a tellement à cœur d’être juste. Il s’est assis pour écrire cette lettre après avoir vu un reportage au journal télévisé. La seule aide que je lui ai apportée, c’est quand il m’a demandé: “Comment s’écrit beau?” et “comment écrit-on pathétique?”» Le mandat de Tony Abbott dure jusqu’en 2017.

Photo via Facebook