Né en décembre 2013 dans le cadre d’«un exercice scolaire», Gaillard!, le projet documentaire de Chriss Itoua, un étudiant en production audiovisuelle à l’École internationale de création audiovisuelle et de réalisation, est en passe de devenir réalité – et ce alors qu’il aurait pu ne jamais voir le jour. Mais pour ce faire, un appel aux dons a été lancé via la plateforme de crowdfunding Kiss Kiss Bank Bank pour boucler le tournage et notamment suivre l’équipe parisienne de rugby gay-friendly Les Gaillards – qui vient de fêter ses dix ans – à Lisbonne pour un tournoi de beach rugby organisé par les Dark Horses, équipe portugaise de rugby gay-friendly.

Parce qu’«il est intimement lié à son sujet», ce jeune réalisateur, assistant de production pour les chaînes Ciné+, a donc choisi de se pencher sur la thématique «sport et homosexualité» pour «déconstruire les préjugés qui pèsent sur l’homosexualité et sur le rugby». «En filmant la réalité de ces sportifs je cherche à leur donner la parole sur ce qu’ils déterminent comme appartenant à leur identité sexuelle et ce qu’ils envisagent comme appartenant à leur identité sociale, explique Chriss Toua dans son appel à dons. Lorsqu’on appartient à une culture, on accorde à autrui le droit de nous définir en nous rangeant dans un ensemble de termes définissant cette culture». Il ajoute:

«Cela se produit aussi lorsqu’on est homosexuel, bien qu’il n’y ait pas une “homosexualité” mais des homosexuels (des individus qui vivent leur vie sexuelle de façon unique). Ces sportifs choisissent de confondre l’identité socio-culturelle et l’identité personnelle. Mais est-ce un véritable choix de leur part ou un rejet par autrui?»

Le documentaire, qui donne la parole aux joueurs et au coach des Gaillards, est construit sur des entretiens afin d’entrer dans l’intimité du vécu des rugbymen. Son tournage a déjà débuté en mai lors du tournoi des dix ans de l’équipe et grâce à une équipe de bénévoles de deux associations qui aident au financement et à la diffusion de projets artistiques et audiovisuels, New Side et la Kinosphère. L’objectif: boucler le projet en octobre 2014 pour le présenter dans des festivals.

Photo Lionel Collomb