Elle s’appelle TUP, c’est une application pour téléphone portable, et on peut la télécharger gratuitement. Non, elle ne sert pas à localiser les Tupperware les plus proches, mais à Trouver Un Préservatif facilement autour de soi. Grâce à un système de géolocalisation, TUP permet de trouver tous les points de vente de préservatifs ainsi que les centres de dépistage les plus proches. Elle préserve l’anonymat des utilisateurs et n’effectue aucune collecte de données personnelles. TUP est lancée par le laboratoire MSD France et l’association de lutte contre le sida HF Prévention.

TRENTE POUR CENT DES ÉTUDIANT.E.S NE SE PROTÈGENT PAS
L’enquête santé réalisée par la mutuelle Smerep a révélé des chiffres «catastrophiques», explique Jérôme André, le président de l’association HF Prévention. En 2011, 6100 personnes ont découvert leur séropositivité, «un chiffre qui reste stable depuis 2008 alors qu’il avait diminué significativement entre 2004 et 2007». On estime aujourd’hui que 150 000 personnes vivent avec le VIH en France, dont 30 000 qui ignorent leur infection ou ne sont pas suivies. Marina Carrère d’Encausse, journaliste à France Télévision et marraine de l’application TUP, explique ces chiffres:

«Il y a un relâchement évident qui s’est installé aujourd’hui chez les jeunes. Un relâchement lié en partie à nous, journalistes. Les jeunes pensent que c’est une maladie chronique avec laquelle on vit bien. Le VIH est passé dans la vie courante, au même titre que d’autres maladies. Par ailleurs, une partie de la population homosexuelle s’est beaucoup relâchée, avec de jeunes homosexuels qui découvrent leur séropositivité et ne prennent pas leurs traitements, pour pleins de raisons».

Marina Carrère d’Encausse explique qu’elle a connu les premiers cas de contamination pendant ses études de médecine: «Je n’ai pas hésite une seconde pour accepter d’être la marraine de ce projet car je suis médecin, je suis journaliste, je suis femme, je suis mère de famille et je suis citoyenne. Ca fait cinq raisons. Le combat continue. Cette application est porteuse d’espoirs, notamment pour toutes les populations qui n’ont jamais utilisé de préservatifs. Je pense par exemple aux femmes de 40 ou 50 ans qui divorcent».

Les concepteurs/trices de l’application travaillent déjà sur une deuxième version qui devrait sortir avant la fin de l’année. En attendant, le TUP truck, un camion aux couleurs de l’application, va circuler dans les centres commerciaux, les universités et les cœurs de cité.

Si la vidéo n’apparaît pas, cliquez sur TUP – Trouver un préservatif, reportage de Yagg au lancement de l’application

Photo Capture TUP