Le comédien et humoriste américain Jonah Hill s’est retrouvé au cœur d’une polémique après avoir tenu des propos homophobes envers un paparazzo ce week-end. Le site TMZ a dévoilé une vidéo où le comédien se balade dans la rue avec quelques amis. Visiblement peu enclin à répondre à celui qui le suit pour le filmer et le mitrailler, il finit au détour d’une rue par lâcher un «Suck my dick, faggot». En français: «Suce ma bite, pédale».

UN NOUVEAU ALEC BALDWIN?
Il n’en fallait pas moins aux médias américains pour faire le rapprochement avec le comportement qu’avait eu Alec Baldwin fin 2013. Comment Jonah Hill allait donc réagir? Allait-il s’empêtrer dans des excuses bancales, en présentant son coiffeur homo, puis réitérer des propos insultants et crier à un soi-disant complot fomenté par des présentateurs de télé homos? Le comédien, proche du clan Judd Apatow et donc des acteurs Seth Rogen et James Franco, n’a jamais hésité par ailleurs à soutenir les droits des LGBT, comme lors de la campagne de soutien aux LGBT russes par Human Rights Campaign.

«UN MOT DÉGUEULASSE»
Hier matin, dans l’émission de radio Howard Stern Show, le comédien s’est confondu en excuses et a donné sa version de l’histoire: «Pour redonner un peu de contexte, ce qui n’excuse pas ce que j’ai pu dire – cette personne m’a suivi toute la journée, a dit des choses vraiment blessantes sur ma famille, sur moi personnellement, et j’ai fini par faire exactement ce qu’elle attendait de moi et perdre mon sang-froid. Et à ce moment, j’ai dit un mot dégueulasse, qui ne reflète en rien ce que je ressens pour aucun groupe de personnes… je ne défends pas le choix de mes mots, mais je suis content d’incarner le fait de réfléchir aux mots qu’on emploie, et à quel point ces mots, même si on les utilise pour dire autre chose que ce qu’ils signifient, sont enracinés dans la haine, et ce sont des conneries, et je n’aurais pas du dire cela…»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Jonah Hill, Howard Stern Show

«UTILISEZ-MOI COMME EXEMPLE DE CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE»
Mais le comédien ne s’est pas arrêté là. Pour montrer à quel point il regrettait son acte, il a tenu à s’expliquer à nouveau en personne et est revenu sur la polémique alors qu’il était invité de l’émission de Jimmy Fallon. Son émotion sur le plateau est-elle réelle, ou bien est-il un excellent acteur? Toujours est-il que c’est avec la voix tremblante et les yeux cernés de quelqu’un qui a pleuré pendant trois jours, qu’il a présenté ses excuses à toutes les personnes que ses mots ont pu blesser: «J’ai utilisé le mot le plus blessant auquel j’ai pensé à ce moment-là. Je ne voulais pas dire cela en ce sens. Je ne voulais pas le dire de façon homophobe… et je crois que… ça n’a pas d’importance, que j’ai voulu ou non le dire de façon homophobe ou non.

«Les mots ont un sens et ceux que j’ai choisis étaient grotesques. Personne ne mérite de dire ou d’entendre ce genre de mots.

«J’ai soutenu la communauté LGBTQ toute ma vie, et j’ai laissé tous ces gens tomber quand j’ai utilisé ces mots. Ça m’a brisé le cœur et je suis réellement et profondément désolé auprès de toutes les personnes qui ont déjà été affectées par ces mots dans leur vie. Je n’attends pas ni ne mérite d’être pardonné, mais ce que je demande c’est que chez vous si vous regardez, surtout si vous êtes jeune, si quelqu’un vous dit quelque chose qui vous blesse ou vous met en colère, utilisez-moi comme l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire, ne répondez pas par la haine ou la colère, car cela ne fait qu’ajouter de la laideur en ce monde. Encore une fois, je suis vraiment désolé. (…) D’habitude je suis plutôt drôle, mais là ce n’était pas drôle, et je mérite tout ce que je vais me prendre dans la figure à cause de ça.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Jonah Hill Addresses His Controversial Remarks