«Rassemblement pour servir Châteauroux.» C’est le nouveau nom de la liste emmenée par le candidat du parti socialiste Mark Bottemine – 17,37% des voix au premier tour des municipales le 23 mars – à Châteauroux (Indre), révèle La Nouvelle République, après sa fusion avec les deux listes des candidats divers droite Arnaud Clément (7,31%) et Régis Tellier (17,28%) pour battre le candidat UMP, dauphin du maire sortant Gil Avérous (33,91%). Oui, mais voilà, Régis Tellier est signataire de la charte de la «Manif pour tous» et il est désormais candidat à la présidence de la Communauté d’agglomération.

«J’ai pris acte du refus du Front de gauche de faire alliance avec nous, et de ce fait, j’ai cherché une solution pour faire obstacle aux listes FN et UMP», expliquait hier, mardi25 mars, Mark Bottemine à Centre Presse concernant cette décision de fusion des listes. Il aurait d’ailleurs obtenu l’accord de Soléfrino selon ses propos rapportés par le quotidien. Un comble, puisqu’il y a 6 jours Christiane Taubira était venue soutenir le candidat socialiste à la veille du premier tour.

L’alliance, qu’on peut qualifier de contre-nature, est pour le moins surprenante, mais n’est pas isolée. À Gien, dans le Loiret, une autre ville de la région Centre, la liste du candidat divers gauche, soutenu par les socialistes, a également annoncé sa fusion avec la liste du maire sortant divers droite Patrick Chierico (31,63%), un opposant farouche à l’égalité des droits qui, comme le rappelle Homosexualités et socialisme (HES) Orléans dans un communiqué du 26 mars, avait déclaré au sujet des homos: «Ces gens-là font ce qu’ils veulent, ça ne me gêne pas, mais je trouve ça « contre-nature »».

Le maire sortant de Gien est d’ailleurs lui aussi signataire de la charte de la «Mani’ pour tous» pour les municipales, contre l’égalité des droits. HES Orléans, qui dénonce cette stratégie d’alliance au second tour des municipales, conclut ainsi son communiqué:

«HES Orléans condamne ces deux alliances de la manière la plus ferme, et rappelle que la famille socialiste ne doit pas transiger sur la défense des valeurs d’égalité et de fraternité.»

Photo Ycare