Le chanteur du groupe pop-rock américain Neon Trees, Tyler Glenn, a révélé son homosexualité dans le dernier numéro du magazine Rolling Stone, qui sortira vendredi 28 mars. Dans le  cas du chanteur âgé de 30 ans, qui est par ailleurs mormon, il est facile de supposer que s’assumer aujourd’hui a été le fruit d’un long cheminement personnel. C’est notamment le coming-out du footballeur Michael Sam qui l’a incité à sortir du placard, d’abord progressivement auprès de ses proches et des membres de son groupe depuis octobre dernier, puis aujourd’hui publiquement.

Dans une chanson sortie en 2011, Teenage Sounds, Tyler Glenn avait évoqué à demi-mot avoir été victime de harcèlement: «I’m sick of being called a fag because I’m queer» («Marre de me faire traiter de pédé parce que je suis bizarre»). Il s’en était expliqué plus tard dans une interview: «Je n’ai pas pensé à cette phrase d’un point de vue sexuel, mais effectivement on m’a traité de pédé depuis que j’ai environ 11 ans parce que je m’habillais différemment ou que j’écoutais une musique différente. Parce que j’étais juste moi. Je ne peux qu’imaginer ce que ça peut être effrayant d’être homo et d’être insulté ainsi sans arrêt.» Aujourd’hui Tyler Glenn affirme que taire son homosexualité pendant toutes ces années a été particulièrement douloureux et a inspiré de nombreuses chansons du nouvel album de son groupe, Pop Psychology.

Dans une longue lettre publiée aujourd’hui sur les réseaux sociaux, le chanteur de Neon Trees a tenu à en dire plus sur la nécessité de parler de son homosexualité et à remercier toutes les personnes qui lui ont témoigné du soutien: «Je ne pense pas qu’être gay me rende spécial. Ce n’est pas pour ça que je suis sorti du placard. Je n’en suis pas sorti pour que vous puissiez dire « je le savais », à cause des vêtements que je porte, la façon dont je danse. Je n’ai jamais pensé que je devais faire mon coming-out. […] Je me suis laissé aller à écrire sur toutes ces années à tomber amoureux d’un ami hétéro ou à écrire cette chanson en pensant que c’était bien de rester seul et toujours mieux que de devoir s’expliquer. Ce sont ces vérités qui sont sorties avant que je ne le décide.

«On ne peut pas se cacher éternellement. Je ne crois même pas avoir essayé. Mais la musique ne m’a jamais menti. Quelque chose sortirait toujours de ces chansons. Alors maintenant vous savez ce que vous avez toujours supposé. C’est bien. Ça fait quel effet? Vous voulez le prix du « gaydar »? Une petite tape sur le dos parce que vous savez « les repérer »? […] Voilà ce que veut dire le coming-out pour moi. Ça a été une journée magnifique de recevoir tant de compassion et d’amour venant d’inconnu.e.s, de fans qui sont là depuis le début, de nouveaux/elles fans, de ma famille, de mes ami.e.s. Pour quelqu’un comme moi, en éternel auto-dénigrement, je veux vous dire merci. La dernière chose que j’ai à dire c’est que si vous êtes comme moi, un vagabond, que vous vous posez des questions, que vous vous remettez en question, un rêveur, un incompris pour quelque raison que ce soit: faites-votre coming-out.»

Le groupe Neon Trees sera en concert à Paris le 30 avril à La Flèche d’Or.

Photo Mike Deerkoski