Entre 15 et 18 annulations ou reports d’interventions en milieu scolaire en raison des polémiques sur l’ouverture du mariage et la pseudo-«théorie du genre», c’est ce que déplore à ce jour le MAG Jeunes LGBT, comme l’a rappelé Marine Souffrin, responsable éducation de l’association, sur France Info hier, mardi 18 mars (lire En Ile-de-France, annulation d’interventions contre l’homophobie dans des établissements scolaires). Avant l’interview de Marine en studio, un reportage a suivi Marie et Arthur lors d’une intervention en lycée. Face aux deux bénévoles, des lycéen.ne.s de 15 à 18 ans, à peine plus jeunes que Marie et Arthur. Pour l’un, la question ne se pose pas, «un homme est fait pour avoir des rapports sexuels avec une femme». Un autre regrette: «On ne peut pas être nous-mêmes». Une troisième aimerait que sa sœur jumelle parvienne à faire son coming-out bi auprès de ses parents et de ses ami.e.s: «Elle a peur de se faire juger.»

Une prof estime quand même qu’une évolution est indéniable, et dans le bon sens: «On commence à voir des adolescents, des jeunes filles souvent, qui s’embrassent dans le lycée. C’est un vrai changement.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Reportage dans un lycée: L’homophobie et les jeunes

Photo Radio France / Ouafia Kheniche