[mise à jour, 28 avril] Mise à jour du lien de Scène Entreprise.

Le travail et l’entreprise, lieux de toutes les formes de violence, et notamment de l’homophobie. Si le constat reste malheureusement d’actualité en France en 2014, certain.e.s ont trouvé dans le théâtre d’entreprise le moyen de désamorcer des conflits et des situations discriminatoires, que ce soit sur les questions du handicap, de la parité homme-femme ou de l’homosexualité.

C’est le cas de Scène Entreprise, une agence spécialisée dans le théâtre d’entreprise qui produit des saynètes à la demande des directions pour communiquer sur des thématiques ciblées au sein de différentes sociétés. Sa dernière pièce en date: Homo, ça coince?une saynète de 20 minutes autour de l’homosexualité, et de son acceptation, dans l’entreprise écrite fin 2013 par Luc Simonet, son directeur artistique et metteur en scène.

UNE PIÈCE MOTIVÉE PAR LES DÉBATS SUR LE MARIAGE POUR TOUS
Porté au fil des années par des valeurs comme la lutte contre les discriminations (du racisme à l’handiphobie), Luc Simonet, déjà sensible à la question de l’homophobie en entreprise par sa propre expérience, et parce qu’il est homo, a pris conscience de l’importance de la question dans l’entreprise après les débats sur le mariage pour tous.

«Après tout ce qui c’est passé avec le mariage pour tous et toutes ces manifestations épouvantables, on s’est dit qu’il fallait traiter ce sujet de l’homosexualité dans l’entreprise», explique-t-il. «J’ai été énormément choquée de ce qui s’est passé à propos du mariage pour tous», renchérit Catherine Toffaletti, comédienne de Scène entreprise. Elle s’offusque: «Je suis hétéro, je ne l’ai pas choisi».

À la suite d’une conférence sur l’homophobie en entreprise au salon Gay Life, en octobre 2013, le metteur en scène de Homo, ça coince? a un déclic. L’objectif: utiliser cet outil qu’est le théâtre d’entreprise pour dédramatiser la question de l’homosexualité en entreprise et «faire sauter les peurs». Il observe:

«Il y a une violence ordinaire dans l’entreprise dont on parle peu.»

UN OUTIL DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
Pour Luc Simonet et Catherine Toffaletti, le théâtre d’entreprise s’est imposé depuis plus de dix ans comme «un outil de gestion des ressources humaines (RH) puissant s’il est intelligemment programmé». «J’espère que ce n’est pas pour se donner bonne conscience mais avoir une vraie politique RH en matière de lutte contre les discriminations», remarque le directeur artistique de Scène Entreprise. Il regrette: «Sur tous les sujets, c’est assez facile de démarcher les boîtes. Sur un sujet comme celui-ci, c’est plus dur.»

Dans Homo, ça coince?, c’est l’acceptation de l’homosexualité d’un jeune cadre promis à un bel avenir professionnel qui est au centre de l’intrigue. Victime d’une rumeur sur son orientation sexuelle, le jeune homme subira les conséquences de l’homophobie ordinaire, notamment de la part de la directrice de la Communication, se prétendant pourtant très gay-friendly et «gay-workly», jusque au dénouement heureux de la pièce. Et toujours avec humour. «Je déteste les personnages monolithiques», précise Luc Simonet. «Les personnages de la pièce sont tous des grandes bouches, mais ils ne sont pas si méchants que ça et ils savent se remettre en cause», analyse de son côté Catherine Toffaletti.

Conscient du long chemin qu’il reste encore à parcourir pour lutter contre les LGBTphobies, le metteur de en scène a déjà d’autres projets en tête. «J’ai envie d’aller plus loin pour exploiter les thématiques qui touchent les lesbiennes et les personnes trans’, mais je me demande si ce n’est pas encore plus dur pour elles en entreprise», confie-t-il. Et de conclure:

«L’entreprise, c’est la scène naturelle des relations humaines: on y vit des spectacles de théâtre tous les jours.»

Photo Florian Bardou