Jeudi 6 mars, la chambre des délégué.e.s de l’État de Virginie a abrogé à l’unanimité (100 voix pour, 0 contre) une loi inconstitutionnelle qui interdisait et criminalisait depuis 1950 la «sodomie» – au sens large, sexe oral compris –, même consentie au sein d’un couple marié. Le texte, qui avait été adopté par le Sénat de manière unanime le mois dernier, attend désormais la signature du gouverneur démocrate de Virginie Terry McAuliffe.

Théoriquement, les lois interdisant la sodomie et les «crimes contre l’ordre naturel» aux États-Unis – lois le plus souvent utilisées contre les personnes LGBT – ne devraient plus être en vigueur depuis la décision de la Cour suprême des États-Unis Lawrence v. Texas de 2003 qui les a jugées inconstitutionnelles. La Cour a notamment considéré que la loi ne pouvait pas venir empiéter sur le droit des individus adultes (à partir de 18 ans) à avoir des rapports sexuels consentis.

Ces lois pourtant existent toujours dans un certain nombre d’États et les partisan.e.s de l’interdiction déploient un argumentaire bien étrange: la nécessité d’une telle loi pour prévenir les rapports sexuels entre adultes et mineur.e.s, et protéger les mineur.e.s de la pédophilie comme le proposait Ken Cuccinelli, procureur général de l’État de Virginie et ancien candidat républicain au poste de gouverneur.

Si ells ne sont que très rarement appliquées, ces législations anti-sodomie restent de dangereux et discriminatoires outils de poursuite, comme le relevait il y a un an la journaliste Dana Liebelson de The Week. En 2008 par exemple, l’État de Caroline du Nord a utilisé ce statut de «crime contre l’ordre naturel» pour arrêter deux hommes ayant eu des rapports sexuels consentis. Les accusations ont ensuite été abandonnées.

Malgré l’arrêt de la Cour suprême fédérale Lawrence v. Texas, 13 États américains n’ont toujours pas modifié leur législation et continuent d’interdire la sodomie en 2014: l’Alabama, la Floride, l’Idaho, le Kansas, le Texas, la Louisianne, le Michigan, le Mississippi, le Missouri, la Caroline du Nord, l’Oklahoma, la Caroline du Sud et l’Utah. Le Texas et le Kansas vont jusqu’à explicitement interdire tout contact sexuel entre deux personnes de même sexe.

Via Towleroad.

Photo Waldo Jacquith