[mise à jour, 24 octobre, 10h56] Le post d’Olivier Ciappa sur Facebook a été supprimé.

Ce matin, un post d’Olivier Ciappa sur sa page Facebook a suscité une très vive émotion sur les réseaux sociaux. Le photographe aurait été la cible du groupe Hommen cette nuit: «J’adore me faire réveiller en pleine nuit par les Hommen qui brûlent ma Marianne sous mes fenêtres», a écrit le photographe, à l’origine de l’exposition des «Couples imaginaires». Sur le photo-montage publié, on distingue en effet une petite vingtaine d’hommes torses nus et masqués, ainsi qu’un homme brûlant une feuille à l’effigie de la Marianne créée par Olivier Ciappa au printemps dernier. Contacté par Yagg, le photographe raconte que les Hommen se trouvaient à son domicile vers trois heures du matin, faisant des quenelles, geste popularisé par Dieudonné, et même pour certains des saluts nazis, et réclamant le retrait du fameux timbre, l’abrogation de la loi sur le mariage pour tou.te.s et la démission de François Hollande. Olivier Ciappa précise pourtant que les photos qu’il a publiées sur son compte Facebook ne sont pas les siennes. Qu’il n’en a d’ailleurs pas pris.

«OLIVIER CIAPPA A TOUT INVENTÉ»
Et les photos publiées ne sont d’ailleurs même pas celles de la manifestation au domicile d’Olivier Ciappa. Il explique alors que ce sont celles de l‘action menée au QG parisien des Femen il y a quelques jours. Yagg a donc cherché à trouver les vraies images de l’action des Hommen de cette nuit. Rien sur Facebook, ni sur le compte Twitter du groupe anti-égalité, qui est pourtant connu pour communiquer rapidement sur ses faits d’armes. «Olivier Ciappa doit être en perte de vitesse et cherche à faire un buzz», réplique Fabien, porte-parole des Hommen. Contacté par Yagg, le groupe dément formellement avoir mené une action devant le domicile d’Olivier Ciappa: «À moins qu’il ne dorme avec les Femen, reprend Fabien en référence à la dernière action du groupe devant le Lavoir Moderne, il a tout inventé.» Juste après notre appel, les Hommen ont aussi réagi sur leur page Facebook.

«JE N’ÉTAIS PAS CHEZ MOI CETTE NUIT»
Pour Olivier Ciappa, c’est Nicolas Rividi qui est à l’origine de la remise en cause de sa version de l’histoire. Le candidat au co-porte-parolat de l’Inter-LGBT a publié sur son profil Facebook un autre montage, cette fois-ci entre une des photos des Hommen publiée par le photographe et une photo Google Street de la rue Léon, où se situe le Lavoir Moderne. En commentaire, Nicolas Rividi a d’ailleurs rétorqué: «Il y a suffisamment de victimes de l’homophobie pour ne pas en inventer». «Je n’étais pas chez moi cette nuit, rectifie alors Olivier Ciappa auprès de Yagg. Ce sont mes voisins qui m’ont dit ce qui s’était passé ce matin.» Mais Olivier Ciappa n’avait-il pas écrit un peu plus tôt: «J’adore me faire réveiller en pleine nuit par les Hommen»?

Si l’objectif du photographe était d’attirer encore un peu plus l’attention sur son travail, il est atteint. Mais à quel prix? En criant au loup sans raison, par maladresse ou par stratégie, Olivier Ciappa met en péril sa crédibilité, et – parce que les projecteurs ont souvent été sur lui ces derniers mois – celle du mouvement LGBT en général.