Beaucoup se réjouissent de ce retour en force, après de longues années d’absence. Avec un album, une tournée mondiale, depuis quelques mois, Eminem est revenu sur le devant de la scène… et a peut-être même repris les mauvaises habitudes.

Les paroles du single Rap God sont truffées d’insultes homophobes. Morceaux choisis: à 1’05 «break a motherfucker’s table over the back of a couple faggots and crack it in half» (casse une putain de table sur le dos d’un couple de pédés, et casse-la en deux), ou encore «Little gay-looking boy / So gay I can barely say it with a straight face-looking boy / You witnessing massacre like you watching a church gathering taking place-looking boy / ‘Oy vey, that boy’s gay,’ that’s all they say looking-boy / You take a thumbs up, pat on the back, the way you go from your label every day-looking boy» à 2’16.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Eminem – Rap God (Audio)

Mais le vrai problème est peut-être ailleurs: à ses débuts, Eminem avait déjà fait parlé de lui pour des paroles ouvertement violentes envers les homosexuel.le.s dans un de ses plus fameux singles, The Real Slim Shady, en 2000, et dans son clip (à 1’15):

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Eminem – The Real Slim Shady (Edited)

La suite? Des excuses et une invitation à Elton John pour chanter avec lui Stan sur la scène des Grammy Awards, ce dernier avait d’ailleurs assuré à l’époque que le garçon n’était pas bien méchant, et tout était pardonné. Oublié. Jusqu’à aujourd’hui.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=w4dZ2pcLMCs

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Eminem feat Elton John – Stan (Live)

Depuis 2012, le rap et le hip-hop, loin d’être entièrement lavés d’un discours souvent misogyne et/ou homophobe, avaient réussi à progresser. Le coming-out de Frank Ocean, les chansons et l’engagement pro-égalité de Macklemore avaient notamment marqué des pas en avant et une prise de conscience significative chez plusieurs artistes. Plusieurs rappeurs avaient aussi présenté des excuses quant à leurs actes passés, 50 Cent par exemple.

Eminem est loin d’être stupide et n’a pas pu pu passer à côté de ce changement d’état esprit. Mais alors pourquoi avoir recommencé? Peut-être présentera-t-il des excuses d’ici quelques semaines, mettant ces écarts sur le compte d’une provocation puérile de grand gamin de 40 ans. Peut-être nous rappellera-t-il que, comme il a soutenu le mariage pour tous aux États-Unis, il serait difficile de le taxer d’homophobie. Reste à savoir qui aura encore envie de gober tout ça, car aujourd’hui manier la rhétorique homophobe dans le but d’attirer l’attention pourrait ne pas connaître la même complaisance qu’il y a une dizaine d’années.

Photo Capture

Via Queerty.