Trop long, La Vie d’Adèle? «C’est la longueur qui s’est imposée à moi durant le processus de création du film, a expliqué Abdellatif Kechiche lors de la présentation du film au New York Film Festival, la semaine dernière. (…) Ça fait plusieurs années que je me pose la question sur la durée de mes films. (…) C’est la version courte du film, il y en aura une un peu plus tard, oh, pas beaucoup plus longue, même pas une heure.»

«En faisant le film, j’avais le sentiment de raconter une histoire romanesque, l’initiation d’une jeune fille qui va traverser la vie, et j’ai imaginé le film sous forme de roman, de chapitres qui reviendraient tous les trois, quatre, dix ans, je ne sais pas encore. J’ai imaginé ce personnage dans le futur et même jusqu’à un âge avancé. Donc j’espère effectivement qu’il sera une sorte de personnage que je suivrai si je suis en vie, encore très longtemps. C’est vraiment un personnage qui m’habite, j’aime ce personnage, cette femme forte, courageuse, libre, surtout libre, généreuse… Et ça me donne très envie, justement pour des questions aussi de durée, de ne pas faire chaque fois des films de 20 heures, retrouver plutôt ce personnage. J’imagine plusieurs histoires, et plusieurs aventures qu’elle vivrait… Mais après, tout ça est un peu de l’ordre de l’imaginaire, de l’utopie. Mais pourquoi pas.»

Adèle Exarchopoulos serait partante: «Si nous trouvons la bonne suite, oui, bien sûr». Mais le réalisateur est-il très chaud pour retravailler avec elle? «Je n’ai pas dit que je ne changerai pas d’actrice», enchaîne-t-il. Avant de chuchoter: «Je plaisante».

Au cours de la même conférence de presse, Abdellatif Kechiche a été interrogé sur es éventuelles influences queer: il a cité Ben-Hur, avec Charlton Heston.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪NYFF51: ‘Blue is the Warmest Color » Press Conference | Abdellatif Kechiche, Adèle Exarchopoulos‬

Via Film de Culte.