La Vie d’Adèle a beau avoir remporté l’un de plus prestigieux prix du cinéma mondial, il reste un film français. Et donc, aux États-Unis, un film étranger, plus susceptible d’être projeté dans un cinéma d’art et d’essai que dans un multiplexe. Un seul cinéma, The Flicks, aurait pu montrer le film d’Abdellatif Kechiche dans l’état d’Idaho. Mais si les habitant.e.s d’Idaho veulent voir La Vie d’Adèle, il leur faudra sortir de l’état. En effet, la même loi qui permet à The Flicks de servir des boissons alcoolisées interdit de diffuser des films contenant des «actes réels ou simulés de rapports sexuels, masturbation, sodomie, bestialité, rapports bucco-génitaux, flagellation ou tout autre acte sexuel interdit par la loi», montrant des caresses des seins, des fesses, du sexe ou des scènes où une personne expose ses organes génitaux.

À lire sur Boise Weekly et The Hollywood Reporter.