L’écrivain, poète et enseignant de yoga Yolo Akili a remarqué que les gays s’autorisent à certains gestes avec les femmes juste parce qu’ils sont homos.

«Lors d’une récente présentation, j’ai demandé à tous les étudiants gays dans la salle de lever la main si au cours de la semaine précédente, ils avaient touché le corps d’une femme sans son consentement. Après un temps d’hésitation, toutes les mains des gays dans la salle se sont levées. J’ai ensuite demandé à ces mêmes gays de lever la main si au cours de la semaine précédente, ils avaient offert à une femme des conseils pour «améliorer» leur physique ou leur look. Là encore, après un temps d’hésitation, toutes les mains dans la salle se sont levées.»

Pour lui, il s’agit d’une forme de perpétuation de la domination masculine sur les femmes, déniant à celles-ci le droit d’être maîtresses de leur propre corps. Parce qu’ils n’éprouvent pas de désir sensuel envers les femmes, certains gays s’arrogent le privilège de transformer celles-ci en objets. Avec parfois le consentement des femmes qui se laissent faire «de peur d’être perçues comme homophobes». Ce texte, qui date de novembre 2012 mais recommence à circuler sur les réseaux sociaux, est toujours d’actualité. À lire sur Good Men Project.