Britney Spears est-elle totalement superficielle ou la vanité de ses réponses est-elle liée aux questions que lui ont posées les deux animateurs de 99.7 Now FM, une radio de San Francisco? Tous les deux gays, ils ont demandé à la chanteuse quelle influence ont les homos sur elle et plus largement sur sa musique. Ils ont relevé qu’elle fait à maintes reprises usage du terme «bitch» (garce, en français), un vocable très courant dans une certaine frange de la communauté LGBT. Son «It’s Britney, bitch», en introduction de Gimme More est devenu l’une de ses marques de fabrique.

Mais plutôt que d’analyser le sens profond des paroles de ses chansons, l’interprète a lancé des fleurs aux homos qui l’entourent au quotidien: «Bon nombre des coiffeurs/ses et des membres de l’équipe beauté avec lesquel.le.s je travaille sont homos, alors je passe beaucoup de temps avec eux/elles, et je les trouve adorables et tellement drôles!» Sincère candeur, flatterie marketing ou condescendance?

À la décharge de la chanteuse, l’une des questions suivantes fut: «Avez-vous pris l’habitude de dire: « It’s Britney, bitch » quand vous appelez des gens?»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Britney Interviewed On 99.7 Now With Fernando & Greg

Via The Huffington Post.

Photo YouTube