Retenus en détention en Égypte pendant cinquante jours, le médecin Tarek Loubani et le réalisateur gay John Greyson ont finalement été libérés ce samedi 5 octobre, ont annoncé les autorités canadiennes. Mais impossible pour eux de quitter le pays, puisque des procureurs ont placé leurs noms sur une liste noire. Alors qu’ils s’apprêtaient à monter à bord d’un avion en direction de Francfort en Allemagne, les deux hommes n’ont pas été en mesure d’aller au-delà du quai d’embarquement, rapporte Radio Canada.

Leur grève de la faim, débutée le 16 septembre pour protester contre leurs conditions de détention, a pris fin la semaine dernière, quelques jours avant leur libération. Dans une déclaration transmise par des proches, ils ont avancé leur propre version des faits qui ont conduit à leur arrestation en août. Après avoir assisté à un «carnage» au square Ramses du Caire, le médecin a donné les premiers secours à des blessé.e.s, tandis que John Greyson filmait. Ils affirment avoir vu 50 personnes mourir sous leurs yeux. Les deux hommes n’ont pas quitté les lieux jusqu’à la tombée de la nuit. Ils ont finalement demandé leur chemin aux forces de l’ordre et c’est là qu’ils ont été «arrêtés, fouillés, emprisonnés, interrogés, filmés avec un « terroriste syrien », puis frappés, battus, ridiculisés, confinés» dans des cellules de 30 mètres carrés où s’entassaient 36 personnes. Aucune accusation officielle n’a été retenue à leur encontre.

Photo Captures