Il y a quelques jours, une vidéo qui circulait sur les réseaux sociaux a attiré notre attention:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Making Of Beauty and Beast 3 by Bear Rupture

Curieuse, la Yagg Team a voulu savoir qui était Luke Darko et ce qu’est Bear Rupture. Le photographe, qui exposera bientôt ses œuvres à Bruxelles, est né il y a 34 ans dans le nord de la France, où il a grandi. Très jeune, il est parti à Londres, où il s’est essayé à la peinture, avant de venir s’installer à Paris.

«Je suis partagé entre deux univers, explique-t-il. Le premier, qui est mon univers professionnel, est celui de la fashion: très cosmétique, très léché, où tout est cadré, amélioré, retouché. J’aime sublimer des femmes filiformes et sculpturales, et aussi des garçons très androgynes. Le second est beaucoup plus personnel. Il correspond plus à mon vrai moi: des hommes très virils, des jeunes et aussi des beaucoup moins jeunes, des corps dont j’aime révéler une grâce, une émotion qui n’est pas évidente à la première lecture, qui ne correspond pas aux standards de notre société.

«C’est un peu de là qu’est né Bear Rupture. Un besoin de représenter différentes facettes de l’homme que notre société à tendance à ostraciser: les gros, les vieux…»

«Les bears sont une partie de la communauté homosexuelle. Ils ont eux-mêmes été mis à l’écart du « milieu » homosexuel pendant un long temps. Pendant un moment, dans les années 90, le poil est devenu signe d’impureté, de manque d’hygiène, voire en rapport avec une maladie, une déchéance. Le poil ne pouvait plus être objet de désir… Depuis quelques années, la barbe devient tendance… À condition qu’elle soit domptée… Pour autant, le monde homosexuel, et a fortiori le monde bear, continuent à stigmatiser la vieillesse, la ride, la chair qui tombe, le « trop gras »: les vieux, les chubs, mais aussi les trop maigres, les trop petits, les trop quelque chose…  tout ceux-là continuent encore à être mis de côté.»

Quel est donc ce «bear system», dont il dit vouloir se détacher? «Donc aujourd’hui, la représentation du bear est très « propre »: ce qui est acceptable, c’est le « muscle bear »: celui dont la barbe est parfaitement taillée, dont le sourcil est prononcé mais dessiné dont le torse est velu, mais dont le poil épouse le contour des abdominaux… Je ne veux dicter à personne ce qui est beau ou ce qui ne l’est pas. Je veux juste proposer un autre regard sur ce que je considère différemment. Proposer une autre esthétique. Offrir une alternative au clone. Je sais très bien que les gens continueront de se regarder, de se juger, et que le désir restera enfermé dans un carcan de ce qui est socialement acceptable et ce qui ne l’est pas. Je veux juste dire aux uns et aux autres:

« vous êtes homosexuel, alors vous êtes différent. Vous êtes bear, alors vous êtes encore plus différent. Et vous venez encore créer des discriminations et du rejet en créant des sous-cases « muscle », « polar », « otter », « chub » etc. Il faut que l’on se rende compte qu’à force de créer des sous-catégories, on crée surtout de la différence et du rejet et que dans un monde hétéronormé et particulièrement discriminant, si l’on ne se serre pas les coudes et si l’on ne s’accepte pas entre nous, on ne s’en sortira jamais ».»

Luke Darko a plusieurs projets en cours: «Le project #43 est un travail sur l’émotion, avec des hommes en train de pleurer. C’est un travail fondamentalement esthétique. La dimension des tableaux participe de cette démarche esthétique puisque les clichés sont des close-up tirés en grand formats. Beauty & Beast est une série un peu différente, parce qu’elle est un pont entre mes deux univers: celui de la fashion et des tops models et celui des bears. Faire se côtoyer les deux sur une même image permettait de souligner le contraste, de mettre en exergue deux beautés très différentes qui peuvent cohabiter dans un même cerveau et sur un même cliché. Le prochain travail devrait tourner autour de l’homophobie, mais je n’en dirai pas plus pour l’instant.»

Découvrez ci-dessous des clichés des deux premières séries de Beauty & Beast. Le project #43 sera exposé du 31 octobre au 31 janvier au Stammbar, à Bruxelles (114, rue du Marché au Charbon).

Bear Rupture, le site.
Bear Rupture sur Facebook.