Si Le Figaro a mis l’accent sur le fait qu’un des colistiers de Sophie Duval (FN) pour les municipales dans le IIIe arrondissement de Paris n’est autre que le neveu de Jean-Paul Belmondo, on reste marqué par la présence de cinq gays sur les six hommes que compte cette liste. Jean-François Belmondo est lui-même gay et assure que la communauté homosexuelle «est devenue très ouverte au FN». La tête de liste Sophie Duval a «longtemps fréquenté ce milieu» et partage son constat.

N’y aurait-il pas là une tentative de «pinkwashing», Marine Le Pen étant passée experte dans le jeu qui consiste à créer des tensions entre des discriminé.e.s et d’autres discriminé.e.s? Favorable à une objection de conscience pour les maires ne souhaitant pas marier de couples homosexuels, la leader du FN méprise les militant.e.s LGBT. Comment expliquer soudainement une telle ouverture du parti à des hommes ouvertement homosexuels? Pour Jean-François Belmondo, c’est une main invisible qui est à l’origine de la présence d’autant d’homos sur la liste du FN. «Nous n’avons rien fait pour, assure-t-il. C’est le fruit du hasard et des rencontres de quartier.» À lire sur Le Figaro.