Dans son discours prononcé à l’occasion du cinquantenaire de la Marche sur Washington, Barack Obama a rendu hommage aux efforts entrepris par Martin Luther King en faveur de l’égalité de tou.te.s. Les mots déclamés par le pasteur 50 ans plus tôt ont, d’après le président américain, toujours autant de valeur aujourd’hui pour celles et ceux qui luttent pour leurs droits.

«Parce qu’ils/elles ont marché, l’Amérique est devenue plus libre et plus juste, non seulement pour les Afro-Américain.e.s, mais aussi pour les femmes et les latinos, les Asiatiques et les Amérindiens, les catholiques, les juifs/ves et les musulman.e.s, les homosexuel.le.s et les Américain.e.s avec un handicap. L’Amérique a changé pour vous et pour moi, et le monde entier a puisé de la force dans cet exemple, qu’il s’agisse des jeunes qui regardaient depuis l’autre côté du rideau de fer et qui ont finalement fait tomber ce mur, ou les jeunes d’Afrique du Sud qui mirent fin au fléau de l’apartheid.»

Le chef d’État a ajouté que les mots de Martin Luther King avaient forgé un sens de l’unité au sein du peuple américain.

«Je le vois quand une mère blanche reconnaît sa propre fille dans les traits d’un.e pauvre enfant noir.e. Je le vois quand le jeune noir pense à son propre grand-père dans les pas empreints de dignité d’un vieil homme blanc. Il est là quand une personne née ici reconnaît l’esprit de combativité d’une personne immigrée, quand un couple interracial est touché par la tristesse d’un couple homosexuel cible de discriminations et fait sienne cette tristesse.»

L’intégralité du discours de Barack Obama:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur President Obama’s Speech on the 50th Anniversary of the March on Washington

Quelques heures auparavant, Eliza Byard, la directrice exécutive de Gay, Lesbian and Straight Education Network (GLSEN), avait également pris la parole.

«Il y a cinquante ans, Bayard Rustin se tenait sur cette scène, menant une vaste foule, exprimant les revendications de la Marche sur Washington. Un mouvement a parlé à travers lui, mais la société l’a rejeté car il était gay. Aujourd’hui, les voix des LGBT sont les bienvenues sur cette scène et le président Barack Obama a récompensé Bayard Rustin avec la médaille de la Liberté. Mais nous n’avons pas encore vu les grandes ambitions du Dr. King se réaliser pour tout le monde. Il y a encore tant de chemin à parcourir pour qu’une véritable éducation soit donnée à chaque enfant. […] Nous nous battons pour des millions d’élèves LGBT et tou.te.s celles et ceux qui sont perçu.e.s comme différent.e.s. Ils/elles méritent d’être accueilli.e.s avec leurs rêves et d’être reconnu.e.s. Toutefois, chaque jour, nos jeunes subissent le silence imposé par la violence et la peur. Certain.e.s ont été réduit.e.s au silence pour toujours, et nous élevons nos voix en mémoire d’eux/elles: Sakia Gunn, Gwen Araujo, Carl Joseph Walker-Hoover, Lawrence King.

Bayard Rustin était un quaker. Il assistait à des réunions chaque semaine pour écouter la voix divine qui peut parler à chacun.e d’entre nous. À travers ce pays, des voix sont prêtes à s’élever pour que tou.te.s les jeunes aient accès aux mêmes chances, à la justice et à la liberté, peu importe qui ils/elles sont, ce à quoi ils/elles ressemblent ou la personne qu’ils/elles aiment. Écoutez ces voix. Faites-les s’élever pour qu’elles soient entendues. Quand nous faisons cela, nous nous élevons tou.te.s.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur March on Washington 50: Eliza Byard

Coïncidence? L’agence Associated Press a relevé qu’un arc-en-ciel a fait son apparition alors que la chanteuse LeAnn Rimes entonnait le cantique Amazing Grace.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Leann Rimes Sings « Amazing Grace » at the 50th Anniversary of the March on Washington