La 36e édition du festival de Douarnenez qui commence ce vendredi 23 août au bout de la pointe du Finistère s’interroge depuis 1978 «sur les revendications linguistiques culturelles et politiques des minorités d’ailleurs» à travers une programmation multi-culturelle et militante. Cette année, c’est notamment la thématique «Rroms, Tsiganes, Voyageurs» qui est à l’honneur.

Un an après le succès de son cycle LGBTQI, les programmateurs/trices ont décidé d’aller plus loin en proposant une thématique «Dissidence Trans et Intersexe». Du 23 au 31 août, le festival montrera une sélection de longs et de courts métrages, mais aussi de documentaires sur ces communautés. Seront présentés entre autres Bambi de Sébastien Lifshitz, Hedwig and the Angry Inch de John Cameron Mitchell, mais aussi Intersexion de Grant Lahood ou encore Both de Lisset Barcellos. En plus de cette programmation riche, deux rencontres auront lieu: un débat intitulé «Normativité et violences médico-légales» le 29 août et une discussion pour revenir sur 20 années de luttes le 30 août.

«Nous prolongerons donc cette mise en lumière « des peuples invisibles », que sont les intersexes, vis-à-vis desquels la quasi-totalité des sociétés adopte une attitude de déni, de rejet, de stigmatisation et de violence, explique l’équipe du festival. La quasi-totalité, car certaines ont su garder avec la vie et sa diversité, un lien où, soit tout est normal, soit rien ne l’est. C’est le mot normal, qu’il conviendrait dorénavant de supprimer du langage.»

Découvrir la programmation du festival de Douarnenez du 23 au 31 août.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Bande Annonce festival de cinéma de Douarnenez