Invité hier sur la chaîne russe anglophone RT pour parler de Chelsea Manning (connue jusqu’ici avec le prénom Bradley), le journaliste James Kirchick est volontairement sorti du sujet, pour critiquer avec véhémence la loi contre la «propagande gay». Ajustant ses bretelles arc-en-ciel au moment de passer à l’antenne en direct depuis Stockholm, l’éditorialiste visiblement très remonté a tout d’abord fait référence à Harvey Fierstein:

«Ce scénariste et acteur a dit que rester silencieux face au mal est quelque chose qu’on ne peut faire, alors en étant ici sur une chaîne de propagande financée par le Kremlin, je vais porter mes bretelles de gay pride et dénoncer cette horrible loi anti-gay.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Gay Reporter Kicked Off Kremlin Network After Protesting Anti-Gay Law

«COMMENT FAITES-VOUS POUR TROUVER LE SOMMEIL?»
Désemparée face à cette situation qui lui échappe, la présentatrice tente de recadrer James Kirchick. En vain.

«Ça ne m’intéresse pas de parler de [Chelsea] Manning, ce qui m’intéresse, c’est parler de cet horrible environnement homophobe en Russie actuellement, et de dire aux LGBT russes qu’ils/elles ont des ami.e.s et des allié.e.s qui les soutiennent dans le monde entier, et que nous n’allons pas rester silencieux/euses face à cette terrible répression opérée par votre commanditaire, par Vladimir Poutine! Oui, c’est de ça que nous allons parler! Et je ne sais pas comment vous, journalistes, faites pour trouver le sommeil la nuit, quand vous voyez ce qui arrive aux journalistes en Russie, qui sont continuellement harcelé.e.s et parfois tué.e.s par les autorités russes! Je trouve ça abominable et vous devriez avoir honte de vous!»

2 MINUTES POUR DIRE LA VÉRITÉ
La présentatrice tente encore d’arrêter James Kirchick qui s’acharne de plus belle:

«Et vous passez votre temps à mentir à propos des Etats-Unis 24 heures sur 24, et à ignorer ce qui se passe en Russie. Vous faites ça toute la journée, alors je vais prendre mes deux minutes pour dire aux gens la vérité.»

L’autre présentateur l’interpelle pour parler de Chelsea Manning, mais James Kirchick poursuit:

«RT n’a fait que parler de [Bradley] Manning et d’Edward Snowden, je n’ai rien vu sur votre chaîne à propos des lois anti-gay.»

FÉLICITÉ PAR STEPHEN FRY
Après cette intervention mémorable, James Kirchick a reçu de nombreux messages de remerciements pour avoir parlé ouvertement de l’homophobie d’Etat mise en place par le gouvernement de Vladimir Poutine. En toute humilité, le journaliste a répondu sur Twitter:

«Merci tout le monde, mais il n’y a rien de courageux dans ce que j’ai fait aujourd’hui. Le vrai courage, c’est celui des militant.e.s LGBT russes au quotidien.»

«C’est vraiment formidable. Éloquent, passionné, courageux, et juste ce qu’il fallait.»

Toujours sur Twitter, James Kirchick a raconté que la chaîne RT avait contacté la compagnie de taxi afin que son chauffeur chargé de le conduire à l’aéroport de Stockholm après l’émission le dépose sur le bord de l’autoroute. Ce dernier l’a finalement emmené jusqu’à destination. Gratuitement: